Bénéfice net en hausse pour Volkswagen

mercredi, 01.08.2018

Malgré les charges liées au scandale des moteurs diesel truqués, Volkswagen réalise un bénéfice trimestriel net en hausse au deuxième trimestre.

Le dieselgate n'a pas empêché Volkswagen d'engranger des bénéfice en hausse.

L'allemand Volkswagen, numéro un mondial de l'automobile, a publié mercredi un bénéfice net au deuxième trimestre en hausse malgré 1,6 milliard d'euros de charges liées au scandale des moteurs diesel truqués, tout en mettant en garde contre un deuxième semestre difficile.

Le bénéfice net, qui ressort à 3,31 milliards d'euros (+6,8% sur un an) dépasse les attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur 3,21 milliards.

Le groupe ne détaille pas l'origine du montant de 1,6 milliard de charges liées au scandale du diesel. En juin, Volkswagen avait annoncé avoir accepté de payer un milliard d'euros d'amende en Allemagne dans le cadre d'une des multiples enquêtes en cours dans ce dossier.

Jusqu'à présent, le "dieselgate" a ainsi coûté à VW au total plus de 26 milliards de dollars en rappels de véhicules et procédures judiciaires.

Le chiffre d'affaires du groupe a de son côté augmenté de 3,4% sur un an au deuxième trimestre, à 61,15 milliards d'euros, sur fond de croissance des ventes pour toutes les marques du groupe sauf Bentley.

Le résultat opérationnel avant prise en compte des charges exceptionnelles a même bondi de 22,7% à 5,58 milliards d'euros, permettant d'absorber ces coûts supplémentaires.

"L'évolution du groupe Volkswagen est solide au premier semestre", a déclaré Herbert Diess, son PDG, qui estime cependant que "les prochains trimestres seront pleins d'efforts".

"Le protectionnisme grandissant est également un défi majeur pour l'industrie automobile", a déclaré M. Diess, cité dans un communiqué, évoquant également les efforts liés à l'adoption des nouvelles normes de tests de pollution WLTP.

Volkswagen devra fermer son usine historique de Wolfsburg pendant plusieurs jours après les congés d'été en raison de ces nouveaux tests européens, qui ralentissent l'homologation de ses modèles.

L'an passé, avec 11,35 milliards d'euros, le bénéfice net avait plus que doublé par rapport aux 5,4 milliards d'euros de 2016, démontrant le retour en force du groupe après le scandale des moteurs diesel truqués.

Volkswagen avait admis en 2015 avoir trafiqué 11 millions de ses voitures diesel pour masquer le niveau réel de leurs émissions les plus toxiques, plongeant le secteur automobile allemand dans une vaste crise d'image.

Mi-juillet, la Commission européenne a annoncé que Volkswagen avait réparé "80%" des 8,5 millions de véhicules dans l'UE équipés de logiciels fraudeurs, tout en regrettant les efforts a minima de la société.

À la Bourse de Francfort, vers 9h30, Volkswagen reculait de 2,86% à 147,86 euros dans un marché en baisse de 0,18%. (awp)






 
 

AGEFI




...