Lutter contre le changement climatique en innovant dans la sécurité alimentaire

mardi, 11.08.2020

Jacob Keidar*

Jacob Keidar

La pandémie de Covid19 et la crise économique mondiale qui a suivi ont révélé un fait très troublant: le monde n’est pas prêt à assurer la sécurité alimentaire. Nous n’avons toujours pas pris conscience par rapport au danger de la malnutrition et à l’interruption des mécanismes d’approvisionnement alimentaire mondial. 

Récemment, la FAO des Nations unies a publié son rapport annuel sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde en 2020. Selon ce rapport, les projections montrent que le monde n’est pas en voie d’atteindre l’objectif «Faim zéro» d’ici 2030 et, malgré certains progrès, la plupart des indicateurs ne sont pas non plus en voie d’atteindre les objectifs mondiaux en matière de nutrition.

Il est nécessaire de renforcer la production agricole locale, qui se développe encore plus dans le contexte des phénomènes de plus en plus graves du changement climatique, de la désertification mondiale généralisée et des crises de l’eau, ainsi que de l’extinction d’espèces animales et végétales, et avec elle, d’un énorme dommage à la biodiversité. Ces problèmes et d’autres encore menacent notre capacité à fournir des denrées alimentaires sur le long terme. Cette nourriture, en plus de répondre aux besoins caloriques, doit être saine, nutritive et disponible pour tous et à un prix abordable. L’État d’Israël, qui a prouvé pendant des décennies qu’il était un expert en matière d’agriculture innovante dans certaines des régions désertiques et sujettes à la sécheresse les plus difficiles du monde, peut être un fournisseur de solutions rapides, efficaces et peu coûteuses pour répondre à ces besoins. Permettez-moi de vous le montrer à l’aide de trois exemples.

L’irrigation goutte à goutte: Il est étonnant que, jusqu’à ce jour, la plupart des cultures agricoles dans le monde soient encore cultivées par «l’agriculture sèche», c’est-à-dire une agriculture qui dépend de la pluie pour l’irrigation des champs. Le passage à l’agriculture irriguée au goutte-à-goutte permettrait d’augmenter le rendement des cultures, d’économiser l’eau et les gaz à effet de serre et, à terme, d’assurer la sécurité alimentaire. Les légumes, par exemple, pourraient être cultivés plusieurs fois par an grâce à l’irrigation au goutte-à-goutte, au lieu d’une seule fois, lorsque l’on compte sur les précipitations naturelles pendant la saison des pluies.

Une agriculture de précision: Elle fournit tous les besoins des plantes sur une base presque individuelle. Aujourd’hui, des capteurs sont capables d’indiquer précisément la quantité d’eau et d’engrais nécessaire à chaque arbre et les maladies dont il souffre, et par conséquent, de procurer un traitement individualisé qui est souvent administré par des drones ou d’autres méthodes. L’utilisation de satellites pour la collecte d’informations, l’informatisation des serres et la surveillance continue à distance de la température, de l’humidité, des parasites et insectes permettent également d’augmenter le rendement des cultures agricoles et de créer davantage de nourriture.

L’eau: Nous en avons besoin pour faire pousser n’importe quoi. En Israël, un pays aride, des solutions illimitées ont été trouvées et mises en œuvre, telles que l’utilisation d’eau d’égout purifiée pour l’agriculture, ou même l’utilisation d’eau saline; la prévention des fuites ou l’identification de leur source dans les systèmes d’approvisionnement en eau; la culture hydroponique, une forme d’agriculture qui permet de faire pousser des légumes dans l’eau. La conservation de l’eau, la surveillance de l’irrigation et de nombreuses autres solutions développées en Israël peuvent être mises en œuvre relativement facilement et à faible coût dans le monde entier.

En conclusion, la crise du Covid19 est encore très loin d’être résolue. Par conséquent, il est plus important aujourd’hui que jamais de comprendre la fragilité des chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales, la vulnérabilité de la sécurité alimentaire face aux différentes sources de perturbation et d’augmenter la production alimentaire locale à grande échelle. Israël serait à la fois heureux et honoré de partager sa riche expérience et ses connaissances dans ces domaines avec toute personne intéressée. 

*Ambassadeur de l’État d’Israël en Suisse






 
 

AGEFI



...