Immigration modérée: les salaires sont menacés, selon l'USS

lundi, 24.08.2020

L'Union syndicale suisse lance ce lundi sa campagne contre l’initiative UDC pour une immigration modérée.

L'initiative, si elle était acceptée, menacerait les salaires et les emplois en Suisse, selon l'USS. (Keystone)

A un mois des votations fédérales, l'Union syndicale suisse (USS) plaide contre l'initiative dite de résiliation, qui, si elle était acceptée, menacerait les salaires et les emplois en Suisse. La faîtière des syndicats défend ses arguments dans un journal qu'elle va faire parvenir à près de 2 millions de ménages.

Près de deux millions de personnes, c'est justement le nombre de travailleurs protégées par une convention collective de travail (CCT) en Suisse, un pays qui bénéficie actuellement du "meilleur système de protection des salaires en Europe", selon l'USS dans un communiqué lundi. Ces progrès sont liés aux mesures d'accompagnement adoptées pour atténuer les conséquences de la libre circulation des personnes, en place depuis le début des années 2000, ajoute l'USS.

Les CCT prévoient aussi des contrôles et des amendes pour les employés qui trichent, ainsi que le rattrapage des salaires dus. Or ces acquis sont menacés par l'initiative de l'UDC, estime l'USS.

Pour elle, démonter les mesures d'accompagnement pour faire baisser les salaires est même le "vrai" objectif de l'initiative dite de résiliation. Or moins de contrôles conduirait pour la faîtière à une dégradation des conditions de travail et de salaires pour les Suisses comme pour les étrangers. (awp)

>> Lire aussi: Karin Keller-Sutter: «Nous gérons déjà notre immigration»

 

 






 
 

AGEFI



...