Juges étrangers: l'UDC mobilise ses troupes

dimanche, 28.10.2018

L'UDC a réuni ses délégués samedi à un mois des du scrutin contre les juges étrangers. Le mot d'ordre: défendre la liberté et l'indépendance.

Les valeurs de la Suisse sont la liberté et l'indépendance, a rappelé le conseiller fédéral Ueli Maurer. (Keystone)

L'UDC mobilise ses troupes à un mois du scrutin sur leur initiative contre les juges étrangers. Devant les délégués à Volketswil (ZH), le conseiller fédéral Ueli Maurer a rappelé que défendre des valeurs comme la liberté et l'indépendance demande du courage.

"Nous avons les quatre semaines les plus importantes devant nous", a déclaré le chef du parti, Albert Rösti, appelant les délégués à se battre pour convaincre le peuple. Il s'agit simplement de savoir qui devrait avoir la parole en Suisse à l'avenir. "Avec l'initiative contre les juges étrangers, nous reprenons la main."

Pratiquement tous les ténors du parti se sont succédé à la tribune. Pour le conseiller national Roger Köppel (ZH), le plan des opposants à l'initiative sur l'autodétermination est d'enterrer la démocratie directe, a-t-il déclaré.

Christoph Blocher n'a pas manqué de reprendre la balle au bond. Le tribunal fédéral a été créé pour protéger la liberté. "Mais aujourd'hui, en cas de doute, ces juges sont toujours du côté de l'Etat." La défense de la liberté et de la sécurité est donc toujours la grande tâche de l'UDC.

Ueli Maurer invite au courage

Les valeurs de la Suisse sont la liberté et l'indépendance, a poursuivi le conseiller fédéral Ueli Maurer. "Mais défendre ces valeurs demande du courage."

La Suisse a toujours dû se battre pour sa liberté. Et cela a toujours demandé beaucoup de courage. Il s'inquiète parfois quand il constate que les gens d'aujourd'hui n'ont plus cette qualité.

Référendum contre les armes à feu

En marge de l'assemblée, l'UDC a récolté des signatures pour le référendum contre le renforcement de la loi sur les armes à feu. La révision vise à durcir les conditions de détention. Elle découle des mesures anti-terroristes de l'UE.

Comme il s'agit d'un développement de l'acquis de Schengen, la Suisse s'est engagée à reprendre le droit européen d'ici mai 2019, sous peine de voir l'accord dénoncé. Berne a toutefois obtenu plusieurs dérogations, notamment pour l'arme d'ordonnance.

"Il n'est pas acceptable que la Suisse préfère investir de l'argent dans l'UE plutôt que de défendre sa propre sécurité", a déclaré le conseiller national bernois Adrian Amstutz. Il a aussi montré du doigt le Conseil fédéral et la majorité du Parlement qui soutient ce renforcement "par crainte de l'Union européenne".

L'UDC a encore marqué les 50 ans de sa section jeune. Le parti en a profité pour adopter une "Charte des générations". Les jeunes UDC s'engagent ainsi à "garantir la survie des valeurs de la génération plus ancienne". (awp)






 
 

AGEFI



...