Sunrise limite son augmentation de capital en vue du rachat d'UPC

lundi, 30.09.2019

L'opérateur cible un montant de 2,8 milliards de francs pour financer l'acquisition d'UPC Suisse contre 4,1 milliards à l'origine.

La révision à la baisse intervient après que Freenet, de loin le plus gros actionnaire de Sunrise, a manifesté son opposition à l'opération. (Keystone)

Porté par le feu vert de la Comco la semaine dernière, Sunrise veut mettre toutes les chances de son côté pour concrétiser le rachat d'UPC Suisse à son propriétaire Liberty Global. Face à la résistance de son principal actionnaire, le numéro deux des télécoms revoit ses plans de financement et cible désormais une augmentation de capital de 2,8 milliards de francs.

A l'origine, Sunrise prévoyait une augmentation de capital de 4,1 milliards de francs pour financer cette acquisition. Le nouveau montant de 2,8 milliards correspond par conséquent à une baisse de 1,3 milliard.

La révision intervient après que Freenet, qui détient un quart des titres Sunrise, a plusieurs fois manifesté son opposition à l'opération, peu disposé à accepter une dilution trop importante de son capital.

Pour autant, les nouvelles conditions ne satisfont toujours pas l'actionnaire de référence: "il ne suffit pas de changer un aspect de la transaction pour qu'elle soit approuvée", a indiqué Christoph Vilanek, jugeant le prix de l'acquisition "trop cher".

Freenet devrait être une exception: Olaf Swantee, directeur général de Sunrise se montrant confiant de pouvoir concrétiser le rachat. "Nous avons discuté avec la plupart des investisseurs, existants ou nouveaux, au cours des derniers jours", a indiqué le directeur lors d'une téléconférence, assurant d'avoir obtenu de bons retours. "Ils ont bien compris la stratégie".

L'acquisition d'UPC Suisse devrait permettre d'atteindre des synergies de 3,1 milliards d'ici 2023, ambitionne l'opérateur.

La révision du montant de l'augmentation de capital a des conséquences sur le financement du rachat d'UPC, pour 6,3 milliards. Des emprunts existants à long terme seront rouverts, a expliqué le directeur financier André Krause. L'accord prévoit que Sunrise reprennent une partie des dettes de l'opérateur.

La réduction de l'émission de droits entraîne une augmentation du levier d'endettement de Sunrise à approximativement 3,6 fois la dette nette à fin juin rapportée à l'Ebitda des 12 derniers mois, en incluant les synergies annuelles concernant les coûts ou à 4,2 fois en excluant les synergies.

"Sunrise prévoit un levier rapporté inférieur à 3 fois après avoir mis en place les synergies annuelles et vise un levier de 2,5 fois par la suite", précise le communiqué.

Politique plus généreuse envers les actionnaires

Le deuxième opérateur suisse s'est également engagé à revoir sa politique de versement aux actionnaires avec un montant absolu des dividendes amélioré, compris entre 350 et 370 millions pour 2019.

"Celui-ci est basé sur le nombre estimé d'actions plus élevé qu'on peut attendre à la suite de l'émission des droits avec une croissance annuelle ultérieure prévue du dividende par action comprise entre 4 et 6%", détaille l'opérateur.

Les actionnaires auront le choix de recevoir les dividendes 2019 sous forme de liquidités, de nouvelles actions Sunrise ou d'une combinaison des deux. Ce système, qui pourra être utilisé dans les années à venir, permet aux actionnaires de participer à la croissance future de Sunrise à des conditions avantageuses, tandis que Sunrise améliore son profil de désendettement.

Freenet reste opposé à la transaction, qu'il considère peu pertinente stratégiquement. Son directeur veut le feu vert de la Comco pour preuve: "Je n'ai jamais vu une commission de la concurrence approuver une transaction sans condition, car elle part du principe que la concurrence technologique sera de toute façon de piètre qualité". Qualifiant ces déclarations "d'absurdes", le patron de Sunrise a assuré que la technologie 5G "ne remplacera pas le câble".

Le vote sur l'augmentation de capital, décisive pour le rachat d'UPC, aura lieu le 23 octobre lors d'une assemblée générale extraordinaire.

"Nous voterons contre", a clairement indiqué M. Vilanek. Freenet s'attend à rester le plus grand actionnaires, même si la transaction venait à se concrétiser, "à moins que quelqu'un n'achète maintenant 25 ou 30%", a-t-il déclaré.

A la Bourse suisse, le titre Sunrise, qui avait fortement progressé au cours des dernières séances, semblait toujours faire les frais de prises de bénéfice. Vers 14h20, il perdait 1,9% à 78,20 francs alors que le marché élargi prenait 0,25%. (awp)






 
 

AGEFI




...