Six jeunes médecins sur dix sont des femmes

vendredi, 02.10.2020

L'Office fédéral de la statistique (OFS) constate que les professions médicales se féminisent. Ce n’est pas le seul milieu traditionnellement masculin à vivre ce revirement.

(SM & ATS)

A l’heure actuelle, les praticiennes ne comptent que pour 41% de l'ensemble des quelque 23.000 médecins actifs en Suisse (Keystone).

Six médecins sur dix âgés de moins de 40 ans sont des femmes (62%), indique l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué, ce vendredi. Dressé sur des chiffres de 2019, ce constat d’une féminisation de la profession contraste avec la proportion que l’on retrouve chez les praticiens les plus âgés: les femmes ne représentent que 28% des médecins de plus de 60 ans.

A l’heure actuelle, les praticiennes ne comptent que pour 41% de l'ensemble des quelque 23.000 médecins actifs en cabinet ou centre ambulatoire du pays. De plus, quel que soit leur groupe d'âge, le taux d'activité des femmes est inférieur à celui des hommes. En moyenne, 77% des hommes travaillent cinq jours par semaine contre 65% des femmes.

A noter qu’au sein des 16.924 cabinets et centres ambulatoires que la Suisse comptait au 31 décembre 2018, 14% des médecins avaient dépassé l'âge de la retraite.

Contingent d’étudiantes toujours plus important

Les filles sont aussi plus nombreuses à se tourner vers des études de médecine et de pharmacie: +26,5% en quarante ans pour atteindre 67,3% en 2019.

Le secteur médical n’est pas le seul à attirer toujours davantage de filles dans ses rangs: elles sont de plus en plus nombreuses à choisir d'étudier dans des domaines qui étaient auparavant principalement choisis par les jeunes hommes, des études de niveau tertiaire. Selon les chiffres de ce vendredi de l’OFS, le constat est sans équivoque.

En 2019, elles représentaient 53,6% des entrées dans les hautes écoles universitaires. En 1980, leur part était de 38,7%, soit une augmentation d'environ 15% en 40 ans. Ces accroissements sont surtout observés dans les domaines du droit (+29,1% pour atteindre 64,2% des étudiants), des sciences techniques (+20,1% pour atteindre 31,0%) et des sciences exactes et naturelles (+18,3% pour atteindre 43,3%).

Dans les hautes écoles spécialités, les femmes représentaient un bon tiers des effectifs l’an dernier, soit 36,4% des élèves. Leur proportion est de 49,9% en chimie et sciences de la vie; 48,2%, dans l’économie et les services; et 44,2% en agriculture et économie forestière. Avec l'architecture, la construction et la planification, ce sont les domaines d’études où le nombre de femmes a le plus grandi depuis l'introduction des hautes écoles spécialisées en 1997. 

 

 






 
 

AGEFI



...