L’intelligence artificielle, alliée du CFO

lundi, 09.12.2019

Xavier Chabanne*

Xavier Chabanne

Les directeurs financiers (CFO) en Suisse et dans le monde s’épuisent lentement. Les attentes grandissantes qui pèsent sur leur fonction alourdissent leur charge de travail. Comment peuvent-ils mener leur mission tout en évitant le burnout? La réponse est dans l’intelligence artificielle (IA). L’IA aidera les CFO à se départir de la paperasserie pour se concentrer sur la stratégie de l’entreprise. 

Augmenter les revenus, réduire les coûts, affiner les prévisions… sont les missions standards des CFO. Quand en parallèle, ils sont confrontés à l’incertitude économique, à une réglementation de plus en plus stricte et à la surveillance des investisseurs, la tension devient épuisante. D’après une étude du cabinet Robert Half, 81% directeurs financiers en Suisse déclarent que leur niveau de stress continuera à augmenter au cours des deux prochaines années. Et le turnover des CFO est à la hausse, pointé dans un rapport récent de Deloitte. Dans ce contexte de burnout imminent, une solution apparaît: les CFO peuvent se tourner vers l’intelligence artificielle (IA).

Selon une étude Oracle, les directeurs financiers s’appuient de plus en plus sur l’IA pour les assister dans leurs missions quotidiennes et près de la moitié (43%) d’entre eux étudient cette solution. L’IA peut aider les CFO à se départir de la paperasserie pour mieux se focaliser sur la stratégie et les décisions de l’entreprise. 

Concrètement, l’IA procure plusieurs avantages. Premièrement, cette technologie permet une automatisation des procédures, libérant les employés des activités banales et répétitives. Les agents virtuels, par exemple, peuvent simuler des tâches financières telles que la conciliation et la conformité des comptes 24h/24 - 7j/7 et ainsi augmenter la productivité du département.

Deuxièmement, l’IA permet non seulement d’extraire des informations nouvelles mais fournit également des éléments prédictifs. Pour les directeurs financiers, il ne s’agit plus uniquement de répondre à la question «que s’est-il passé?», mais aussi «que se passerait-il, si?», soit la possibilité de prendre de meilleures décisions sur long terme. 

Troisièmement, l’IA peut aider les directeurs financiers à améliorer leurs résultats dans des domaines tels que l’exploitation des excédents de trésorerie ou la sélection des fournisseurs. Plus précisément, grâce à l’IA, les applications ERP peuvent contrôler automatiquement les factures des fournisseurs qui proposent des paiements avec remise anticipée et signaler ces opportunités, afin que les équipes financières puissent mieux hiérarchiser les opérations.

En décloisonnant les données grâce au cloud computing, puis en déployant des applications d’intelligence artificielle, les directeurs financiers peuvent accélérer le flux de travail en créant une organisation plus cohérente, réactive et prédictive. Les applications d’intelligence artificielle peuvent fournir des informations sans précédent sur ce que l’avenir réserve et imaginer comment les scénarios futurs affecteront les performances et la croissance. A une époque où l’incertitude est la nouvelle norme, les entreprises se doivent de capitaliser sur l’innovation continue dans leurs applications.

* Directeur en charge des applications, Oracle






 
 

AGEFI




...