La BCE laisse ses taux directeurs inchangés

jeudi, 08.06.2017

L'institution de Francfort a également fait savoir qu'elle n'envisageait plus de baisse supplémentaire de ces taux.

L'institution de Francfort a également fait savoir qu'elle n'envisageait plus de baisse supplémentaire de ces taux.

La Banque centrale européenne (BCE) a laissé jeudi inchangés ses taux directeurs, à leur plus bas niveau historique depuis plus d'un an, ainsi que son vaste programme de rachats de dettes, a annoncé un porte-parole.

L'institution de Francfort, qui a exceptionnellement tenu sa réunion de politique monétaire à Tallinn (Estonie), a également fait savoir qu'elle n'envisageait plus de baisse supplémentaire de ces taux, qui "resteront à leurs niveaux actuels sur une période prolongée", une légère inflexion de discours immédiatement relevée par les analystes.

"Le biais accommodant" de la politique monétaire "a disparu", a souligné Carsten Brzeski, de la banque ING, estimant que la BCE avait livré, en terme de communication, "un avant-goût de ses premiers pas" vers un abandon de sa politique de rachat d'actifs.

A l'issue de la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE, la banque centrale a maintenu à zéro son principal taux directeur, qui fait référence pour le crédit en zone euro, a fait savoir un porte-parole lors d'une téléconférence de presse.

L'institut a par ailleurs laissé à 0,25% son taux de prêt marginal, auquel les banques empruntent pour 24 heures à ses guichets. Le taux de dépôt au jour le jour, porté en territoire négatif pour la première fois de son histoire en juin 2014, a quant à lui été maintenu à -0,40%. Ce qui signifie que les banques confiant à la BCE et aux autres banques centrales de l'Eurosystème leurs liquidités en excès pour 24 heures doivent s'acquitter d'une taxe.

Dans l'immédiat, la BCE maintient donc sa politique de soutien vigoureux à l'économie et poursuit son vaste programme de rachats d'obligations publiques et privées au rythme de 60 milliards d'euros par mois. Une hausse des taux ne pourra intervenir que "bien après" la fin de ce programme lancé en 2015, a-t-elle aussi confirmé.

L'attention est désormais focalisée sur le président de l'institution, Mario Draghi, qui s'exprimera à partir de 12H30 GMT dans le cadre de sa conférence de presse régulière.
Les observateurs relèveront à la fois les nouvelles prévisions de croissance et d'inflation de l'institut en zone euro, dans un contexte d'embellie économique mais de faible progression des prix, et scruteront toute évolution dans l'analyse des risques pesant sur la reprise économique.(awp)



 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...