Les Genevois échappent toujours à la taxe au sac

mardi, 17.04.2018

L'instauration de la taxe au sac-poubelle est toujours écartée à Genève. Le canton se donne encore une année pour atteindre le seuil de 50% de déchets urbains triés. Ce taux s'est élevé à 48,6% en 2017. Il a augmenté de 1% par année depuis 2014.

100.000 poubelles vertes ont été distribuées aux habitants du canton de Genève afin de les inciter à trier leurs déchets menagers.(keystone)

"La population joue le jeu. Il n'est pas question d'imposer une taxe poubelle", a déclaré mardi devant les médias le conseiller d'Etat Luc Barthassat, en charge du Département de l'environnement, des transports et de l'agriculture (DETA). Deux ans après son lancement, la "p'tite poubelle verte" a permis une hausse de 30% du tri des déchets de cuisine, pour atteindre 38 kilos par habitant par an.

Genève est ainsi le dernier canton à ne pas avoir de taxe au sac. "Nous avons atteint les mêmes taux de recyclage que les autres cantons qui ont la taxe poubelle, sans ses effets pervers", a relevé Daniel Chambaz, directeur général de l'environnement. En 2016, Genève s'est aussi placé en dessous de la moyenne suisse pour ce qui est des quantités de déchets incinérés.

Potentiels à exploiter

Pour atteindre un taux de recyclage de 50%, le canton veut développer la réutilisation de certains objets afin d'éviter qu'ils ne soient jetés. Il doit encore trouver un financement pour ces "ressourceries". Par ailleurs, 30 communes sur 45 ont supprimé la gratuité de la collecte des déchets jusqu'ici offerte aux entreprises. Les autres devraient le faire dans le courant de l'année.En outre, le DETA va proposer la p'tite poubelle verte aux dix dernières communes qui ne l'ont pas, tout en mettant l'accent sur la qualité des déchets. Il veut aussi améliorer le tri du papier et du verre: le potentiel est de 14'000 tonnes pour le premier et de 8'000 tonnes pour le second. Et dans la restauration, 10'000 tonnes supplémentaires de lavures pourraient éviter l'incinération.

Poubelles de rue

Enfin, les poubelles de rue constituent un enjeu important au vu de l'évolution de la restauration à emporter. En Ville de Genève, elles représentent 5'000 tonnes de déchets. La Ville de Lancy a mis en place un projet pilote de tri manuel qui permet de valoriser le contenu des poubelles municipales à 60%, a fait savoir son maire Damien Bonfanti.La question de la taxe au sac devrait être abordée lors des débats parlementaires sur la révision de la loi sur la gestion des déchets, qui date de 1999. En cours de rédaction, cette nouvelle version sera déposée fin 2018. Le DETA planche aussi sur un nouveau plan de gestion pour les cinq prochaines années. La quantité de déchets incinérés devra baisser à 40% en 2024, à l'ouverture de l'usine Cheneviers IV.(ats)






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...