L'innovation vaudoise est plus que jamais dans les starting-blocks

jeudi, 27.06.2019

Claudine Amstein *

Claudine Amstein

L'importance économique des fédérations sportives établies sur les rives du Léman n'est plus à démontrer. Dans la foulée, un écosystème relatif au sport se met en place, innovant sans cesse, et confortant le rôle de leader du canton de Vaud dans ce secteur.

Il y a belle lurette que le sport a déclaré sa flamme au canton de Vaud, si l'on en juge par l'implantation de dizaines de fédérations sur son sol au cours des dernières décennies. Et cette ardeur n'est pas près de s'éteindre. On en veut pour preuve l'inauguration du nouveau siège du Comité international olympique (CIO), le week-end dernier à Lausanne, à l'occasion de ses 125 ans. Avec cet investissement de près de 150 millions de francs, l'organisme présidé par Thomas Bach, «lausannophile» déclaré, confirme son attachement à la capitale vaudoise.

La consolidation de la présence olympique sur les rives lémaniques renforce le lien qui unit notre pays et notre région aux plus grandes institutions sportives. A fortiori au moment où la France tente de convaincre la FIFA de quitter Zurich au profit de Paris pour des raisons fiscales. Le poids que représentent les innombrables fédérations mondiales établies dans le canton est substantiel: un rapport de l’Académie Internationale des Sciences et Techniques du Sport l'évaluait à plus d'un milliard de francs pour l'économie locale en 2015.

L'idylle entre notre canton et le sport mondial va encore se poursuivre, et même gagner en ampleur. L'innovation, elle aussi marque de fabrique vaudoise, a pris des allures sportives toujours plus marquées ces derniers mois, jetant les jalons d'un écosystème prometteur. L'émergence du Sport Innovation Hub, plateforme pour le sport et l’innovation dans la région lancée ce printemps, doit être comprise dans ce contexte. Ce hub a été créé conjointement par le canton, la Ville de Lausanne, ThinkSport, premier réseau réunissant toute la variété d’expertise et d’excellence dans le secteur du sport, l’EPFL, l’Uni de Lausanne et le réseau universitaire Smart Move, et est soutenu par Eurovision Sport, Nagra Kudelski, SwissTiming et l’UEFA.

Voulu comme un incubateur et un accélérateur pour les start-up, ce pôle concrétise déjà ses ambitions. La semaine dernière, l'UEFA a organisé la première édition de son Start-Up Challenge, qui mettait aux prises sept jeunes pousses au siège de l'institution sise à Nyon. Les néo-entrepreneurs ont eu trois mois pour proposer des concepts répondant aux besoins actuels de l’UEFA. Jeudi dernier, chaque start-up a disposé de dix minutes pour convaincre, avant de répondre aux questions d'un public composé d’experts d’autres fédérations sportives internationales, du CIO, d’universités et de représentants des autorités publiques.

Au cours de cette aventure, les participants ont pu bénéficier du coaching de cadres supérieurs et de dirigeants de l’UEFA et d'experts du réseau de ThinkSport sur une variété de sujets pertinents pour les start-up. Ils ont aussi eu l'opportunité d’effectuer des tests et des démonstrations de leurs produits et services dans des environnements réels. Ils ont également pu entrer en contact avec des investisseurs potentiels en mai dernier lors de la deuxième édition de The Spot, l’événement de ThinkSport consacré au sport et à l’innovation.

La balle est désormais dans le camp des investisseurs. C'est aussi grâce à leur(s) contribution(s) que le sport se profilera toujours davantage en véritable moteur de l'innovation vaudoise.

* Directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie






 
 

AGEFI



...