L’innovation comme source de diversification

mardi, 30.06.2020

Céline Renaud*

Céline Renaud

Un mercredi soir, je participe à une conférence donnée par le centre des entrepreneurs RCE à Yverdon. L’intervenant nous présente la société qu’il a cofondée qui est la plateforme tooyoo.ch à destination des survivants. Il s’agit d’un guichet virtuel qui règle toutes vos dernières volontés, tant administratives que juridiques ou encore patrimoniales. Elle résilie d’un clic toutes vos assurances, les abonnements à des magazines ou encore vos réseaux sociaux tout en déchargeant les gens survivants pour qu’ils puissent vraiment se consacrer à leur deuil et ne pas perdre leur temps avec des tracasseries inutiles pendant des mois et des mois.

Vous pouvez pour ce cas précis choisir au préalable si vous souhaitez que votre compte sur tel réseau social soit définitivement effacé ou qu’il indique encore pendant un certain laps de temps que vous êtes décédé. Nous n’y pensons pas toujours assez tôt mais ce n’est que lorsque nous tombons sur le profil d’un ami décédé depuis quelques temps déjà que nous comprenons l’importance et la complexité du travail des survivants et le côté gênant de n’avoir pas communiqué nos dernières volontés.

En naviguant à mon tour sur cette plateforme, j’apprends beaucoup de choses. Cela me fait poser les bonnes questions comme le fait que je n’ai pas encore fait de mandat pour cause d’inaptitude auprès de mon notaire. D’ailleurs tout entrepreneur devrait le faire! 

Cette plateforme nous sollicite aussi dans notre culture et dans nos croyances et nous invite à régler tous ces points avant qu’il ne soit trop tard. J’ai d’ailleurs été suffisamment challengée moi-même de ma santé il y a 18 mois pour savoir qu’il est important d’y répondre à l’avance tout comme la période du Covid a permis de rediscuter la chose avec mes parents et mes proches.

Cette entreprise a une identité clairement indépendante et ses bureaux sont situés dans l’EPFL Innovation Park. Pourtant, son sponsor financier principal est une grande compagnie d’assurances. Cette dernière, loin de tuer l’innovation au sein de son entreprise comme c’est le cas pour beaucoup d’autres, permet aux innovateurs de s’exprimer et de concrétiser les projets. Toute la culture de l’entreprise a été orientée dans ce sens.

Ils décrivent la grande corporation comme un paquebot de croisière et les entreprises innovantes comme des «Speedboats» ou vedettes en français. Cela offre plusieurs avantages. Si l’entité innovante commet des erreurs ou même fait faillite, cela n’entachera pas la marque principale. Cela leur permet de tester rapidement toutes sortes de nouvelles idées. Les vedettes sont beaucoup plus souples et peuvent mieux voir d’où vient le danger. Et si cela fonctionne, bien sûr qu’ils pourront l’intégrer à l’image de marque de la société.

Souvent, une innovation est une bonne idée mais elle n’apparaît pas toujours au bon moment. La grande entreprise peut alors permettre à la start-up de tenir le coup avec son innovation jusqu’à ce que le moment soit propice au succès. À la question de savoir si la protection de données est respectée, surtout sur un sujet aussi sensible que celui-ci, la réponse est clairement oui car ils en ont fait un cheval de bataille. C’est plutôt un outil marketing aussi comme le centre RCE qui nous reçoit ce soir et la banque qui le finance et l’a créé dans ce cadre-là.

Si d’autres grandes sociétés sont connues pour racheter des idées et les laisser dormir dans des tiroirs, cette grande société d’assurances favorise l’innovation. Alors cela me réjouit fortement de voir qu’il est possible d’innover dans des grandes corporations!

* Entrepreneure et conférencière






 
 

AGEFI



...