No Billag: nouvelle bataille au National en attendant la votation

jeudi, 14.09.2017

L'initiative populaire pour la suppression des redevances radio et télévision fait débat au parlement. La plupart des représentants de l'UDC la soutienne bec et ongles.

L'UDC, avec le soutien de l'économie, a plaidé pour une alternative: couper de moitié les vivres à la SSR. (Keystone)

La suppression de la redevance radio-TV ne convainc pas au Parlement. Le National a débattu de cette initiative populaire toute la matinée jeudi. L'UDC, avec le soutien de l'économie, a plaidé pour une alternative: couper de moitié les vivres à la SSR.

La décision ne tombera que le 25 septembre. Un échec de ce contre-projet direct pourrait amener une partie de la droite à se rallier à l'initiative.

L'issue de la votation populaire, qui pourrait intervenir dès le printemps, soulève de nombreuses craintes chez les partisans du service public. Le "oui" de justesse à la réforme de la redevance en juin 2015 a montré une certaine grogne au sein de la population. Selon plusieurs représentants de l'UDC, elle est due à l'arrogance et à la politisation de la "chaîne d'Etat".

La redevance s'élève actuellement à 451,10 francs par an et par ménage. Avec sa généralisation d'ici 2019, la facture devrait baisser à moins de 400 francs alors que les entreprises dont le chiffre d'affaires dépasse 500'000 francs par an débourseront entre 400 et 39'000 francs.

En 2015, la redevance a rapporté 1,35 milliard de francs (hors TVA). Sur ce total, la part de la SSR est de 1,235 milliard, soit l'essentiel de son budget de quelque 1,6 milliard. Le reste est essentiellement allé à 34 radios et télévisions locales et régionales.

Laisser la place aux privés

L'initiative "Oui à la suppression des redevances radio et télévision (suppression des redevances Billag)", déjà rejetée par le Conseil des Etats, priverait totalement le service public de cette manne. Certains comme Lukas Reimann (UDC/SG) la soutiennent bec et ongles. Chacun devrait être libre de choisir le média qu'il veut suivre sans devoir s'acquitter d'un "impôt".

A défaut, l'UDC propose de limiter la redevance à 200 francs par ménage et d'en exempter les entreprises. La SSR n'est pas là pour diffuser des séries américaines alors que des télévisions privées peuvent le faire. Elle doit se concentrer sur le service public stricto sensu, a affirmé Gregor Rutz (UDC/ZH).

Le Bernois Adrian Amstutz a quant à lui dénoncé un monopole qui uniformise l'offre et empêche la concurrence privée de respirer. L'UDC a pu rallier à sa cause Hans-Ulrich Bigler (PLR/ZH), directeur de l'Union suisse des arts et métiers (usam), qui soutient le contre-projet. Mais ni ce texte, ni l'initiative ne sont officiellement soutenues par le PLR.

Pas de démantèlement

Les conséquences financières seraient catastrophiques, ont averti de nombreux orateurs. La SSR devrait fermer de nombreuses antennes au détriment des régions périphériques, a insisté Martin Candinas (PDC/GR). Elle ne pourra pas compenser ses pertes avec la publicité. Les radios et télévisions locales seraient aussi frappées. Pis, le paysage audiovisuel suisse serait à la merci des médias étrangers.

La gauche, le PDC et plusieurs élus de droite, notamment romands, refusent de se lancer dans un démantèlement de la SSR et du service public. La qualité de l'offre mais aussi le débat démocratique ainsi que la transmission d'évènements sportifs en pâtiront. Plusieurs orateurs ont évoqué une "berlusconisation" et un coup sérieux porté à la production cinématographique suisse.

La diversité culturelle et linguistique est en jeu, a affirmé Viola Amherd (PDC/VS). Les privés ne pourront pas pallier les manques d'offre. Des bouquets payants seraient beaucoup trop chers pour les téléspectateurs, a poursuivi Edith Graf (PS/TG). Des milliers d'emplois seraient mis en danger par des coupes dans la redevance, selon son camarade neuchâtelois Jacques-André Maire.

Du côté des Verts, on souhaiterait limiter la publicité sur les ondes de la SSR. Les Vert'libéraux auraient quant à eux aimé, à titre de "compromis typiquement helvétique", plafonner à 1,1 milliard la quote-part de redevance destinée au diffuseur national de service public.

Campagne féroce

En face, on hausse le ton. Si on ne va pas plus loin que la limitation à 1,2 milliard, évoquée par le Conseil fédéral, une réelle campagne en faveur de l'initiative pourrait être menée.
La menace a été lancée par le président de l'usam Jean-François Rime (UDC/FR). Selon lui, il est inacceptable que les entreprises doivent payer 200 millions de francs de redevance. Toni Brunner (UDC/SG) et Céline Amaudruz (UDC/GE) sont tentés de se rallier à l'initiative.

De l'eau coulera encore sous les ponts avant la votation populaire. Le gouvernement va présenter une nouvelle mouture de la concession de la SSR d'ici la fin de l'année. Et il devrait mettre une nouvelle loi sur les médias électroniques en consultation au printemps 2018. (awp)

 

 

 


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...