Le Nikkei finit en baisse de 0,16%, tourné vers la Fed et la BoJ

mardi, 20.09.2016

L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini en baisse mardi, l'attention étant tournée vers les réunions de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de la Banque du Japon (BoJ).

Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,16% (-27,14 points) à 16.492,15 points, à l'issue des échanges. Il avait déjà perdu 2,6% la semaine dernière.

L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini en baisse mardi, premier jour de transactions de la semaine (lundi était férié), l'attention tournée vers les réunions de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de la Banque du Japon (BoJ).

Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,16% (-27,14 points) à 16.492,15 points, à l'issue des échanges. Il avait déjà perdu 2,6% la semaine dernière.

L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part progressé de 0,42% (+5,47 points) à 1316,97 points.

L'activité a encore été faible, avec seulement 1,8 milliard de titres échangés sur le premier marché, l'heure étant à la prudence avant les verdicts de la Fed et de la BoJ.

Sur le volet des changes, le dollar se repliait à 101,81 yens, contre 102,08 yens vendredi à la fermeture de la place tokyoïte, alors que la Fed ne devrait pas, sauf grosse surprise, relever ses taux d'intérêt. L'euro fléchissait également à 113,76 yens, contre 114,70 yens.

Si la décision de la banque centrale américaine ne semble guère faire de doute, l'incertitude règne quant à la BoJ qui doit dresser mercredi un bilan de son offensive, trois ans après son lancement. La publication de ce rapport détaillé devrait être assorti d'un probable statu quo, selon Bloomberg Intelligence, mais des ajustements sont possibles.

"La tâche de la BoJ est particulièrement difficile, elle semble limitée dans ce qu'elle peut faire pour atteindre son objectif d'inflation, dont elle est encore loin, apaiser les marchés et prévenir une nouvelle appréciation du yen", a commenté dans une note Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Takata plonge


Parmi les valeurs, le groupe d'habillement Fast Retailing (Uniqlo), poids lourd de la cote, a souffert de rumeurs de presse sur d'éventuelles modifications du programme de rachats d'actifs de la BoJ. Le titre a accusé la plus lourde chute du Nikkei (-5,38% à 32.510 yens).

En dehors de l'indice vedette, l'équipementier automobile Takata a vu son action plonger de 11,58% à 374 yens. Certains candidats à la reprise du groupe envisagent la possibilité d'un dépôt de bilan pour limiter les risques financiers, selon des informations de presse.

Plusieurs repreneurs sont sur les rangs, d'après l'agence Bloomberg News qui cite des sources proches du dossier: les fonds américains Bain Capital, Carlyle et KKR, parfois associés à des équipementiers (dont le japonais Daicel dans le cas de Bain). Les offres ont été déposées en début de semaine et une première sélection devrait être faite d'ici au mois d'octobre.

Compte tenu du poids important (20% du marché des ceintures et coussins de sécurité) du fabricant dans le secteur automobile, les constructeurs japonais surveillent de près le processus de reprise. Leurs actions n'ont pas (ou peu) été affectées: Toyota a pris 1,46% à 5952 yens, Nissan 0,59% à 1009 yens, tandis que Honda, premier client de Takata, a glissé de 0,75% à 2961 yens.

Du côté des technologies, la couleur verte l'a emporté: Sony a augmenté de 1,52% à 3320 yens, et Nintendo de 0,92% à 27.315 yens.

A noter aussi, la bonne performance des opérateurs télécoms après un commentaire de la maison de courtage Nomura, qui anticipe un impact positif de l'iPhone 7 sur leurs résultats financiers: SoftBank Group a grimpé de 1,13% à 6477 yens, NTT Docomo de 1,66% à 2559 yens et KDDI de 1,69% à 3.067 yens. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...