L'optimisme des directeurs d'achat s'érode en septembre

lundi, 01.10.2018

L'indice des directeurs d'achats a reculé de plus de cinq points au mois de septembre.

L'indice des directeurs d'achats reste dans la zone de croissance mais n'avait plus atteint un niveau aussi bas depuis mai 2017. (keystone)

L'optimisme affiché par les responsables des achats dans le secteur manufacturier a connu une érosion marquée au mois de septembre. L'indice des directeurs d'achats (PMI) a reculé de 5,1 points sur un mois, à 59,7 points, selon les données fournies lundi par Credit Suisse et Procure.ch, qui prédisent une "normalisation" conjoncturelle dans l'industrie.

Le PMI manufacturier reste dans la zone de croissance mais n'avait plus atteint un niveau aussi bas depuis mai 2017. Cette baisse s'explique par une tendance défavorable enregistrée dans une majorité des sous-indices, qui demeurent cependant au-dessus du seuil d'expansion, précise le communiqué.

"Production" et "carnet de commandes" ont connu les chutes les plus importantes, avec respectivement -9 et -11,8 points. Ces deux sous-indices ont connu dernièrement des hauts et des bas qu'il s'agit de ne pas surinterpréter.

Les spécialistes de Credit Suisse rappellent que le baromètre "production" avait progressé de 9 points en août. En ce qui concerne les carnets de commandes, les affaires devraient reprendre cet automne.

Procure.ch et la grande banque soulignent par ailleurs une forte croissance des stocks. Il se pourrait que les entreprises aient mal estimé les besoins de leurs clients, ce que semble confirmer la faible dynamique de la production et des carnets de commandes.

Afin de répondre au "mini-boom" actuel, les sociétés manufacturières semblent avoir perfectionné leur outil de production afin de réduire leur temps de livraison, selon le communiqué. Une normalisation conjoncturelle est attendue pour les prochains trimestres.

Le PMI pour les services a connu une évolution plus favorable. Il s'est fixé à 60,5 points, ce qui représente une hausse de 2,3 points sur un mois. Les nouvelles commandes ont stagné lors de la période sous revue, alors que les carnets de commandes ont connu une hausse marquée. Les perspectives du secteur demeurent favorables.

Les prix de vente et d'achat ont cédé passablement de terrain, dans un contexte d'appréciation du franc. (ats)






 
 

AGEFI



...