Les entreprises suisses "moins optimistes", selon le sondage KOF

mardi, 05.02.2019

L'indicateur du KOF révèle une baisse du dynamisme des entreprises pour le deuxième mois d'affilée.

Pour le domaine financier et des assurances, les perspectives ne sont plus aussi favorables qu'en fin d'année 2018. (Pixabay)

Les entreprises suisses se montrent moins optimistes pour la future marche de leurs affaires, révèle le dernier sondage conjoncturel du Centre d'études de l'EPFZ, auquel plus de 4500 d'entre-elles ont pris part. L'indicateur pour janvier indique une baisse pour le deuxième mois d'affilée, confirmant d'autres données pointant un ralentissement.

"Les entreprises ressentent de plus en plus un vent contraire", indique le Centre d'études conjoncturelles (KOF) de la Haute Ecole zurichoise. La confiance reste toutefois de mise et la situation peut être qualifiée de bonne.

Dans l'industrie manufacturière, une baisse de dynamisme se manifeste par rapport à l'été dernier. Les carnets de commandes restent toutefois suffisamment remplis et les entreprises ne sont pas d'humeur morose. Malgré tout, la tendance négative constatée le mois précédent s'est poursuivie en janvier. Les capacités sont utilisées à 83,8%, légèrement au-dessus de la moyenne historique.

La rentabilité est sous pression en raison des concessions sur les prix qu'ont dû accorder plus souvent les entreprises à leurs clients. Les entrées de commandes futures devraient être un peu moins fortes que jusqu'à présent, anticipent les sociétés.

Dans les activités et les projets de construction, la marche des affaires reste "bonne". L'utilisation des capacités a augmenté, et les bureaux de projets recherchent de plus en plus des collaborateurs.

Un refroidissement se fait en revanche sentir dans le commerce de détail. Les stocks augmentent et les sociétés se montrent moins optimistes quant à l'évolution du chiffre d'affaires. Dans le commerce de gros, la situation se présente "moins favorablement" que lors du trimestre précédent mais reste là aussi bonne.

Dans l'hôtellerie et la restauration, la situation a peu évolué et les perspectives sont évaluées favorablement. Pour le domaine financier et des assurances, les perspectives ne sont plus aussi favorables qu'en fin d'année 2018. (awp)






 
 

AGEFI



...