L'hôtellerie vaudoise appelle le canton à l'aide

lundi, 20.04.2020

L'hôtellerie vaudoise demande au canton un soutien financier durable à fonds perdus. Sans cela, 20 à 30% du patrimoine hôtelier vaudois disparaîtra, déplore-t-elle.

L'objectif est de chercher des solutions pragmatiques et concrètes qui permettront de sauver un certain nombre d'établissements.(Keystone)

Le canton de Vaud doit venir au secours de son hôtellerie. La branche lui demande un soutien financier durable à fonds perdus. Sans cela, 20 à 30% du patrimoine hôtelier vaudois disparaîtra, déplore-t-elle.

Ces dernières semaines, le Conseil d'Etat a pris des mesures de soutien pour le secteur culturel, pour l'accueil de jour des enfants, pour les petits commerçants et les cafetiers-restaurateurs. "C'est très bien et c'est justifié. La branche hôtelière est solidaire", relève Hôtellerie Suisse région Suisse romande lundi dans un communiqué.

Mais il est temps que les autorités vaudoises invitent les représentants de la branche hôtelière au dialogue. L'objectif est de chercher des solutions pragmatiques et concrètes qui permettront de sauver un certain nombre d'établissements.

Car si les indemnités pour réduction de l'horaire de travail (RHT) sont un formidable instrument pour maintenir les emplois pendant la crise, il faut qu'il reste des employeurs pour assurer leur pérennité lors de la reprise. Les reports de charges ainsi que l'endettement supplémentaire avec remboursement différé ne règlent en rien le problème.

Milliers d'emploi en jeu

La branche hôtelière est la plus impactée dans cette crise, notamment en raison de "charges fixes incompressibles extraordinairement élevées", rappelle le communiqué. L'événementiel 2020 est mort; le tourisme 2020 est lui aussi au point mort et le restera de nombreux mois. Des milliers d'emploi sont en jeu.

Selon une étude de la HES-SO Valais-Wallis menée le 23 et 24 mars, la probabilité de faillite est de 29% dans le canton de Vaud. Selon une prévision de BAK Economics le 9 avril, le secteur de l'hôtellerie et de la restauration est menacé par un effondrement dix fois plus important que celui de l'économie dans son ensemble.(awp)






 
 

AGEFI



...