Les exportations horlogères reprennent timidement après un fort repli

mardi, 21.07.2020

L’horlogerie suisse est passée d’un repli de ses exportations de 81,3% en avril à 35% en juin. La demande chinoise a montré une hausse particulièrement forte.

En Europe, les ventes horlogères ont pâti de la baisse du tourisme international. (Keystone)

Les exportations horlogères suisses ont ralenti leur baisse en juin, par rapport aux deux mois précédents. Elles laissent entrevoir le début du redressement attendu, a indiqué mardi la Fédération de l'industrie horlogère (FH) dans ses statistiques mensuelles.

Les envois à l'étranger de garde-temps helvétiques se sont inscrits à 1,1 milliards de francs en juin, une diminution de 35% en comparaison annuelle. En mai, elles avaient chuté de 67,9% et en avril elles s'étaient même effondrées de 81,3%.

"Bien que très prononcé, le recul affiché en juin indique que le choc initial est passé et que le redressement attendu a timidement commencé, même s'il n'est dû qu'à la Chine pour l'instant", souligne l'organisation dans son communiqué.

Première victime de la pandémie et donc première candidate à la reprise, la Chine s'est distinguée par une très forte hausse de la demande de montres suisses (+48% sur un an).

Les autres principaux débouchés se sont tous inscrits en nette baisse, avec notamment -55% pour Hong Kong, -57% pour les Etats-Unis ou -45% pour le Royaume-Uni, alors que l'Allemagne (-21%) et Singapour (-26%) ont fait un peu mieux que la moyenne.

Fort repli au premier semestre

 

Sur les six premiers mois de l'année, les exportations horlogères helvétiques ont dévissé de 35,7% à 6,87 milliards de francs.

Parmi les principaux débouchés, la Chine continentale, qui a absorbé 11,5% de l'ensemble des exportations helvétiques de montres, a fait preuve de la meilleure résistance au premier semestre, avec un repli limité à 15%.

Premier marché étranger, les Etats-Unis ont essuyé un repli de 31% tandis qu'à Hong-Kong, les ventes ont reculé de 53%, le marché étant doublement touché par la crise sanitaire et les tensions politiques.

En Europe, les ventes horlogères ont pâti de la baisse du tourisme international, tant au Royaume-Uni (-45%), qu'en Allemagne (-32%), en France et en Italie (chacun -43%).

Tous les segments de prix ont été concernés par la baisse. La gamme 200-500 francs (prix export) a été la plus touchée et a diminué de moitié. Les montres de plus de 3000 francs, qui représentent plus de 70% de la valeur totale, ont fait légèrement mieux que la moyenne, avec un recul de 32,7%.

Pour l'ensemble de l'année, la FH s'attend à une baisse de 30% des exportations horlogères. (awp)






 
 

AGEFI



...