L'Allemagne accroît son excédent commercial

lundi, 10.10.2016

L'excédent commercial de l'Allemagne a nettement augmenté en août sur un mois, à 22,2 milliards d'euros, qui devraient alimenter les appels à la première économie européenne à faire plus pour la relance.

Les exportations de l'Allemagne ont grimpé de 9,8% à 96,5 milliards d'euros. (Reuters)

Alors que l'Allemagne est critiquée pour ne pas suffisamment réinvestir l'argent tiré de ses exportations, celles-ci ont rebondi en août de 5,4% à 102,3 milliards d'euros.

Les importations ont elles augmenté avec moins de dynamisme (+3% à 80,1 milliards d'euros en données corrigées).

Au mois de juillet, l'excédent commercial s'était élevé à 19,4 milliards d'euros et avait au contraire été marqué par une forte baisse des exportations, qui avaient atteint leur plus bas niveau depuis janvier 2015.

En données brutes, davantage mises en avant par Destatis mais moins représentatives d'une tendance de fonds, la balance commerciale du pays ressort en surplus de 20 milliards d'euros en août, contre 15,2 milliards d'euros au mois d'août de l'année 2015.

Selon ce mode de calcul, les exportations ont grimpé de 9,8% à 96,5 milliards d'euros. Ce sont surtout les exportations à destination des pays européens non membres de la zone euro qui ont progressé (+11,8%). Celles vers la zone euro ont tout de même aussi augmenté de 8,8% sur un an et vers le reste du monde de 9,6%.

Du côté des importations, leur montant sur un an, toujours en données brutes, a lui été supérieur de 5,3% à 76,5 milliards, avec une hausse de 5,2% de celles en provenance d'Europe et de 5,5% en provenance du reste du monde.

Critiquée régulièrement depuis des années pour l'ampleur de son excédent commercial dans une économie européenne toujours en convalescence post-crise, l'Allemagne a de nouveau été mise sous pression la semaine dernière à Washington pour utiliser ses capitaux disponibles afin d'aider à relancer la croissance économique et davantage participer aux "efforts collectifs". La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a ainsi pointé du doigt nommément la "marge de manoeuvre budgétaire" dont dispose Berlin.

Plutôt que d'insister sur la vigueur retrouvée des exportations allemandes, les analystes de Deka Bank mettent plutôt en garde contre une interprétation trop hâtive de la vigueur des statistiques pour le mois d'août, qui suivent un mois de juillet à l'inverse affaibli par la présence des vacances scolaires.

"Cela ressemble presque à un trouble bipolaire pour l'économie allemande. En baisse, puis en hausse la minute d'après", ironisait aussi Carsten Brzeski, économiste chez ING Diba.

Ce fort rebond en août à la suite d'un mois de juillet ayant inquiété par sa faiblesse a aussi été observé dans les chiffres de la production et des commandes industrielles dévoilés la semaine dernière.

"Au final, ces extrêmes entre les deux mois de juillet et août rendent difficiles de déterminer la réelle direction suivie par l'économie allemande", résume M. Brzeski.

Le gouvernement allemand a relevé vendredi sa prévision de croissance économique pour 2016, à 1,8%, mais l'a diminué pour 2017, à 1,4%. (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...