La finance sert la croissance: ici, maintenant et à l’avenir

mardi, 24.09.2019

L’évolution des initiatives politiques élargit les accès au financement pour les PME.

Fabrizio Pagani*

Les petites et moyennes entreprises (PME) européennes mettent à disposition leurs produits sur leurs marchés; elles sont capables d’innover et d’exporter vers de nouveaux marchés ou en diffusant plus largement sur ceux déjà existants. Cependant, et en dépit de ces atouts, les PME ont souvent du mal à trouver le bon financement. 

Traditionnellement, l’économie réelle en Europe a été financée par le crédit bancaire. Toutefois, cet outil devient de moins en moins efficace. La réglementation pousse les banques à réduire leur bilan. Cette tendance façonnera les relations entre le secteur financier et l’industrie européenne sur le long terme. Il n’est pas toujours facile d’obtenir des crédits long terme pour les PME, même pendant des périodes de politique monétaire accommodante. 

C’est pourquoi le concept de «la finance au service de la croissance», qui regroupe diverses possibilités de financement tel que la dette privée sous différentes formes, est essentiel aux petites et moyennes entreprises, par l’intermédiaire des marchés de capitaux. En effet, en Europe, le développement de ces modes de financement alternatifs s’est répandu en raison des actions politiques, des tendances du marché et des besoins d’épargne.

Des progrès politiques

Dès lors, les gouvernements sont devenus plus attentifs aux problèmes de financement des PME et ont instauré des mesures visant à faciliter l’accès aux financements au sein des principaux pays européens. 

Ainsi, l’Italie a introduit un ensemble d’outils incitatifs pour faciliter l’accès des petites entreprises au marché des capitaux; en France, l’adoption récente de la Loi Pacte a aussi introduit des mesures pour renforcer et diversifier le financement des entreprises. Les mêmes objectifs ont été poursuivis au niveau européen par le biais de l’Union des marchés des capitaux (UMC) qui a introduit le «European Long-Term Investment Fund (ELTIF)».

Un soutien croissant aux gestionnaires d’actifs

Les gestionnaires d’actifs déploient donc davantage de ressources. De ce fait, ils ont prêté 2,5 milliards d’euros, en Europe, au premier trimestre 2019; soit trois fois plus qu’au premier trimestre 2018. Une gamme plus large de solutions est aujourd’hui disponible, comprenant par exemple, les fonds de crédit diversifiés, qui accordent des prêts en parallèle des banques. 

Elargir l’accès aux investisseurs privés

Nous constatons également que les épargnants privés ont de plus en plus d’appétit pour des instruments alternatifs, que ce soit via des structures de type ELTIF ou des fonds de fonds, ainsi qu’à travers des instruments illiquides. Toutefois, ce risque d’illiquidité et les exigences réglementaires devront être mis en perspective avec des rendements attrayants à long terme et un impact social positif sur l’économie locale.

*Global Head of Economics and Capital Market Strategy chez Muzinich & Co à Londres






 
 

AGEFI




...