Face à PayPal et Apple, la BCE appelle à un service européen de paiement

lundi, 03.09.2018

L'Europe doit développer un service propre de paiements électroniques capable de rivaliser avec ses homologues internationaux comme PayPal, selon la Banque centrale européenne (BCE).

La société américaine PayPal domine aujourd'hui le marché des paiements en ligne.

La Banque centrale européenne (BCE) veut proposer des solutions de paiements européennes, capables de rivaliser avec ses homologues internationaux. C'est également un moyen de contribuer à se mettre à l'abri des tensions géopolitiques, selon un responable de la BCE.

En dépit d'un environnement favorable en zone euro pour des services de paiement innovants, "les acteurs européens n'y ont cependant pas encore suffisamment recours pour proposer des solutions de paiement paneuropéennes résolument modernes", a déclaré Yves Mersch, membre du directoire de la BCE, lors d'un colloque à Paris.

Alors que la société américaine PayPal domine aujourd'hui le marché des paiements en ligne en Europe, où des géants numériques du type GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) offrent également des services de paiement, comme les géants chinois Alibaba et Tencent, M. Mersch a souligné le manque d'homogénéité entre des solutions nationales en Europe, citant le services de cartes de débit Girocard, en Allemagne, et les Cartes Bancaires, en France.

"Ces deux réseaux demeurent isolés, comme le sont la plupart des autres systèmes de cartes nationaux. Il reste donc plus pratique d'utiliser des cartes non européennes en Europe", a observé le banquier central.

De fait, les banques européennes "semblent avoir abandonné un large pan de l'activité des paiements à l'échelle de l'Europe", et doivent désormais agir "si elles ne veulent pas être supplantées par des acteurs internationaux plus puissants", a averti M. Mersch.

Risques réels

Le risque existe a contrario d'être toujours plus dépendants d'acteurs non établis en Europe et dont les activités peuvent être altérées par des "juridictions extraterritoriales", allant provoquer "dans le pire des cas" un "dysfonctionnement des paiements entre contreparties européennes".

"Dans l'environnement géopolitique actuel, de tels risques ne sont, malheureusement, plus aussi éloignés qu'ils l'ont été et doivent être dûment pris en compte par les responsables politiques européens", a prévenu le responsable en charge des moyens de paiements à la BCE.(ats)






 
 

AGEFI



...