L'euro marque le pas face au dollar

vendredi, 07.07.2017

L'euro s'inscrivait en léger retrait vendredi face au dollar, au lendemain d'un rebond dans la foulée du compte-rendu de la dernière réunion de la BCE et alors que le rapport mensuel sur l'emploi américain sera publié plus tard dans la journée.

Léger retrait de l'euro vendredi face au dollar.

Vers 6 heures GMT (8 heures HEC), l'euro valait 1,1413 dollar contre 1,1423 dollar jeudi vers 21 heures GMT et 1,1350 dollar mercredi soir.

La monnaie européenne montait face à la devise nippone à 129,79 yens, contre 129,33 yens pour un euro jeudi soir, à ses meilleurs niveaux depuis quinze mois.

Le billet vert progressait face à la devise japonaise à 113,72 yens, contre 113,21 yens pour un dollar jeudi soir.

"Le premier vendredi du mois nous apporte l'indicateur suprême", a commenté Stephen Innes, cambiste chez OANDA, en évoquant le rapport mensuel sur le chômage et l'emploi aux Etats-Unis, en l'occurrence pour le mois de juin.

"Le marché va se concentrer sur la partie concernant la progression des salaires", a-t-il poursuivi, rappelant que la Réserve fédérale américaine (Fed) faisait de l'inflation une question centrale pour poursuivre son resserrement monétaire.

"L'attention sera portée sur la composante des salaires qui jusqu'à présent n'a pas réussi à augmenter de manière significative malgré la baisse du taux de chômage sur les six derniers mois, de 4,7% à 4,3%", a souligné Tapas Strickland, économiste à la National Australia Bank, dans une note.

Selon les analystes, l'amélioration du marché de l'emploi devrait s'être poursuivie en juin aux Etats-Unis avec quelque 173.000 nouvelles embauches, contre 138.000 en mai. Le taux de chômage est attendu à 4,3%, son plus bas niveau depuis 16 ans.

Les investisseurs restent particulièrement attentifs à la situation économique américaine après le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed, publié mercredi, qui a montré des divisions sur le calendrier à adopter sur un resserrement de la politique monétaire.

"Même si l'emploi américain constituera la préoccupation principale, le sommet du G20 ne devrait pas être ignoré", a estimé Stephen Innes d'OANDA. "Il y a un tel niveau indigeste d'incertitude qui laisse penser que l'appétit au risque des investisseurs va rester bas", a-t-il ajouté.

Le sommet du G20 débute ce vendredi matin à Hambourg, en Allemagne, sur fond de tensions géopolitiques après les nouveaux tirs de missiles de la Corée du Nord et la confrontation qui s'annonce entre le président américain Donald Trump et son holomogue russe Vladimir Poutine dont ce sera la première rencontre.

M. Trump a notamment dénoncé jeudi depuis Varsovie le "comportement déstabilisateur" de la Russie, concédant par ailleurs que le Kremlin avait pu s'immiscer dans l'élection présidentielle américaine de 2016.

Jeudi, l'euro avait en partie profité du compte-rendu de la dernière réunion de la Banque centrale européenne, selon lequel les gouverneurs de la zone euro ont discuté de retirer du communiqué l'engagement à accroître ou prolonger le programme de rachats d'actifs si nécessaire. Néanmoins, la "prudence" leur a dicté de ne rien changer.

Le marché a accueilli ces informations comme le signe d'une perspective de resserrement monétaire.

Vers 06H00 GMT, la livre britannique était stable face à la monnaie européenne, à 88,07 pence pour un euro, et baissait un peu face au dollar, à 1,2959 dollar pour une livre.

La monnaie suisse demeurait stable face à l'euro, à 1,0971 franc pour un euro et et reculait face au dollar, à 0,9612 franc pour un dollar.

La devise chinoise était quasi stable face au billet vert, à 6,8023 yuans pour un dollar contre 6,8015 yuans pour un dollar jeudi à 15H25 GMT. (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...