La saison des AG confirme le bien-fondé des votes consultatifs

mardi, 03.07.2018

Les votes consultatifs sur la rémunération des dirigeants d'entreprise sont régulièrement décriés, et cela a aussi été le cas lors des assemblées générales (AG) qui se sont tenues depuis le début de l'année. Pourtant, cet instrument commence à faire ses preuves.

Dans les AG les plus chahutée, les rapports de rémunération ont été rejetés par près d'un tiers des actionnaires.(keystone)

Beaucoup d'entreprises qui connaissaient un taux élevé de voix réfractaires sur la rémunération des dirigeants d'entreprise ont vu la part d'actionnaires critiques diminuer sensiblement en 2018.

Les votes consultatifs sur les rapports de rémunération ont obtenu en moyenne 13% de voix contraires lors des assemblées générales cette année, indique mardi l'organisation suisse de conseil aux actionnaires Swipra dans son analyse 2017/18, qui regroupe les 100 plus importantes cotations de la Bourse SIX (SPI 100).

Dans les AG les plus chahutée, comme par exemple pour Sika, Aryzta ou GAM, les rapports de rémunération ont été rejetés par près d'un tiers des actionnaires, a précisé en conférence de presse Barbara Heller, partenaire gérante de Swipra.

Le taux est élevé en comparaison internationale: les voix contraires représentent 6% dans les entreprises britanniques et 9% dans les américaines.

Actionnaires plus critiques en Suisse

Les différences s'accentuent si l'on considère seulement le quart le plus critique des entreprises dans chacun de ces pays. Alors que le taux de récalcitrants atteint 19% en Suisse, il est de 11% au Royaume-Uni et de seulement 8% aux Etats-Unis.

Mme Heller explique la posture plus incisive des investisseurs par rapport aux entreprises suisses par le fait que les rapports de rémunération de ces dernières sont moins homogènes et moins compréhensibles que leurs homologues à l'international. Elle reconnaît toutefois que la qualité de la divulgation des rémunérations s'est constamment améliorée ces dernières années.

L'analyse des AG qui se sont tenues jusqu'ici démontre par ailleurs que les votes consultatifs et contraignants sur les rémunérations sont des instruments efficaces à disposition des investisseurs, dans la mesure où ils incitent les entreprises à réagir, écrit Swipra.

Ainsi près de la moitié des entreprises (43%) ayant enregistré en 2017 des taux défavorables au rapport de rémunération supérieurs à 20% ont vu les voix critiques sensiblement diminuer lors des AG en 2018. L'année précédente, seules 31% des entreprises avaient enregistré une amélioration dans ce domaine.

Thématique du genre toujours d'actualité

Les points critiques se manifestent en premier lieu par des voix contraires au rapport de rémunération, expliquent les auteurs de l'étude. Si l'entreprise n'a pas une réaction jugée satisfaisante l'année suivante, les actionnaires manifestent leur opposition non seulement lors du vote consultatif sur les rémunérations, mais aussi lors des votes contraignants sur les montants de rémunération et l'élection du comité correspondant.

L'analyse montre également que l'influence des conseillers aux actionnaires sur les résultats des AG a diminué pour la première fois depuis l'introduction de l'ordonnance sur les rémunérations abusives. "Les actionnaires institutionnels suivent moins souvent l'avis unique des conseillers aux actionnaires et s'appuient de plus en plus sur leurs propres lignes directrices en matière de gouvernance et de vote", signale Swipra.

Lors de la saison des AG 2017/18, la question de la représentation des genres a une nouvelle fois fait l'objet d'une grande attention de la part des actionnaires ainsi que du public. Le comportement des votants et les recommandations des conseillers aux actionnaires indiquent une claire préférence pour l'élection de membres féminins aux conseils d'administration, écrit Swipra.

Ainsi, le taux de présence féminine dans les organes de surveillances s'est encore étoffé. Après les AG de 2018, près d'un administrateur sur quatre (24,5%) des sociétés du SMI est une administratrice.(awp)






 
 

AGEFI



...