Tirer le meilleur parti grâce aux leaders du marché

jeudi, 02.07.2020

Les ventes sans discernement sur les marchés des actions ont particulièrement touché les marchés émergents. Cependant, un certain nombre d’indicateurs suggèrent que le pire est derrière nous.

Roger Merz* Thomas Schaffner**

Roger Merz et Thomas Schaffner

Le Covid-19 a entraîné une correction généralisée des marchés actions de mi-février à fin mars. Les actions des marchés émergents ont été particulièrement touchées, enregistrant une décollecte d’environ 30 milliards de dollars. La situation s’est toutefois stabilisée fin mars, ce qui nous porte à croire que le pire devrait être derrière nous en ce qui concerne les sorties de capitaux.

Après deux années de hausse continue des rendements du capital investi (ROIC) sur les marchés émergents internationaux, nous anticipons désormais un recul du ROIC en 2020 avant une augmentation en 2021. Difficile à l’heure actuelle de prédire la forme que prendra cette reprise (en V, en U, voire en W?) dans la mesure où elle dépendra de la rapidité du retour à la «normale» de l’activité économique mondiale.

Séparer le bon grain de l’ivraie

En revanche, une chose est sûre: comme ce fut le cas pour toutes les autres crises de l’Histoire, les entreprises disposant de modèles d’affaires d’avant-garde en sortiront renforcées. L’écart continuera vraisemblablement de se creuser entre les entreprises solides et celles dotées de modèles économiques et de bilans fragiles. Nous nous attendons dès lors à ce que les leaders parviennent encore à augmenter leurs parts de marché dans le cadre de la crise actuelle. Le renforcement de leur position concurrentielle sur les marchés émergents devrait permettre à ces entreprises de dégager une croissance accrue et de sortir du lot. En conséquence, les investisseurs devraient se concentrer sur les sociétés les plus compétitives qui génèrent un flux de trésorerie élevé par rapport à leurs rivales.

Citons entre autres JD.com, spécialisée dans la vente directe en ligne, et Netease, une société Internet. Toutes deux sont établies en Chine. JD.com propose une large gamme de produits sur son site Internet et via des applications mobiles: appareils électroniques, ordinateurs, produits de communication numériques, vêtements, livres et articles ménagers. Ces dernières semaines, JD a affiché une performance opérationnelle élevée, et ce à un moment où les chaînes d’approvisionnement chinoises étaient en proie à de fortes perturbations et où la concurrence, dans sa très grande majorité, n’était pas en mesure de maintenir le même niveau d’offre de produits et de capacités de livraison. Cette surperformance opérationnelle de JD est le fruit d’une logistique unique par rapport à celle des autres entreprises de commerce en ligne, une caractéristique qui lui confèrera très vraisemblablement un avantage sur ses concurrents.

Le bon scénario pour les marchés actions

Netease est une société Internet de pointe qui offre des services en ligne aux communautés, notamment de contenu et de communication ainsi que des plates-formes d’e-commerce. La croissance du chiffre d’affaires de l’entreprise est essentiellement portée par les jeux mobiles. Le lancement de nouveaux jeux, un pipeline de projets important et l’expansion internationale continue en direction du Japon, des Etats-Unis et d’autres marchés, garantissent une création de valeur durable, sachant que le tout dernier jeu phare de l’entreprise commence tout juste à dégager de bons résultats. Autre avantage: les revenus du gaming sont généralement peu tributaires des cycles économiques et davantage influencés par le lancement réussi de nouveaux jeux. Tout ceci devrait soutenir le développement de l’entreprise au-delà de la pandémie.

Outre la qualité des modèles d’affaires, les politiques monétaires et budgétaires très accommodantes devraient également s’avérer bénéfiques pour les marchés actions. Les taux d’intérêt ont atteint leurs plus bas niveaux historiques et sont même négatifs dans de nombreuses régions, ce qui pousse les investisseurs à se tourner vers des placements plus lucratifs, notamment les actions. A l’heure actuelle, la Réserve fédérale envisage notamment de procéder à des achats directs d’actions, ce qui devrait insuffler un élan supplémentaire aux marchés boursiers. Dans les mois à venir, le marché devrait connaître certaines évolutions en réaction à la propagation du virus, aux mauvais résultats des entreprises et à l’assouplissement des politiques monétaires et financières.

D’autres révisions à la baisse des bénéfices sont probables

Malgré ces impulsions positives, les révisions bénéficiaires négatives devraient se poursuivre dans la mesure où les estimations du consensus restent trop élevées. Selon JPMorgan, les estimations relatives au bénéfice par action (BPA) des pays émergents pour 2020 ont pour l’instant été réduites de 15%, mais pourraient chuter de 20 à 25%. Il est difficile d’évaluer dans quelle mesure le marché a surmonté la récession ainsi que la forme et la rapidité de la reprise économique intégrées dans les cours. Dès que les entreprises auront publié leurs résultats pour le premier et le deuxième trimestres 2020, les estimations devraient devenir plus réalistes. Un tel scénario pourrait déclencher une nouvelle correction sur les marchés actions. Ce faisant, les bénéfices des entreprises opérant dans la consommation de base, les matières premières et la finance pourraient être particulièrement sensibles au recul économique lié au coronavirus.

Des niveaux de valorisation attrayants

Du point de vue historique, les niveaux de valorisation actuels des actions émergentes sont intéressants. Chaque fois que l’indice de référence MSCI EM a atteint le niveau de valorisation actuel tel que mesuré par le ratio cours/valeur comptable moyen des douze derniers mois, il a affiché une performance moyenne en hausse d’environ 40% douze mois plus tard. 

Les titres «value» ont tendance à dépasser les actions de croissance durant la première phase de la course à la reprise. Mais durant la deuxième phase, nous nous attendons à ce que les entreprises de grande qualité, en plein essor et mieux positionnées dans un environnement de récession caractérisé par une croissance faible continuent de surperformer. 

* CFA, Head of mtx Portfolio Management, Vontobel AM

** CFA, gérant de portefeuille senior, Vontobel AM






 
 

AGEFI



...