Les ventes de Burberry chute de 45% à cause du Covid-19

mercredi, 15.07.2020

Les mesures de confinement contre le Covid-19 ont entraîné un fort recul des ventes du groupe britannique Burberry au premier trimestre.

Burberry fait une grande partie de son chiffre d'affaires auprès de touristes, notamment dans les aéroports. (Keystone)

Le groupe britannique de vêtements et accessoires de luxe Burberry a vu ses ventes chuter de 45% sur un an à 257 millions de livres (environ 304 millions de francs) lors de son premier trimestre décalé, à cause des mesures de confinement contre la pandémie de Covid-19.

Si la situation s'est améliorée à partir de juin, il s'attend à ce que la fréquentation de ses magasins pâtisse encore fortement de l'épidémie au deuxième trimestre et table sur des ventes en recul de 15 à 20%.

Entre avril et juin, le chiffre d'affaires s'est effondré de 75% sur un an en Europe et de presque autant aux Etats-Unis mais moins en Asie (-10%) où l'activité a nettement repris en Chine, l'un des principaux marchés du groupe, détaille Burberry dans un communiqué.

Les économies occidentales et asiatiques ayant commencé à rouvrir progressivement à partir de mai, le recul des ventes sur un an s'est toutefois atténué et n'était plus que de 20% en juin, note le communiqué.

Les ventes ont notamment renoué avec la croissance en Asie en juin avec un bond de 30% en Chine continentale en juin comparé aux niveaux d'avant la pandémie en janvier, certains clients chinois qui voyagent d'ordinaire à l'étranger ayant reporté leurs achats sur les magasins locaux.

En Corée du Sud, le niveau des ventes en juin dépassait aussi celui d'avant la pandémie.

"Lors de notre premier trimestre, le chiffre d'affaires a été durement heurté par la chute de la demande de produits de luxe à cause du Covid-19 et nous nous attendons à ce qu'il faille du temps pour revenir aux niveaux d'avant la crise", notamment en raison de la lente reprise du trafic aérien international, note Marco Gobbetti, directeur général du groupe, cité dans le communiqué.

Burberry fait une grande partie de son chiffre d'affaires auprès de touristes, notamment dans les aéroports.

M. Gobbetti se dit "encouragé" par le rythme de reprise des ventes en juin et par la réaction "excellente" aux lancements de nouveaux produits, en ligne notamment.

Le groupe signale qu'il prévoit des "changements dans son organisation" qui devraient permettre de dégager 55 millions de livres d'économies annuelles, notamment des "rationalisations d'espaces de bureaux", avec une charge de restructuration de 45 millions de livres.

"D'après nos performances en juin, nous prévoyons des ventes au deuxième trimestre en recul de 15 à 20%" sur un an, ce qui devrait se traduire par des marges brutes en recul.

Le groupe s'attend à ce que le deuxième trimestre (juillet à septembre) continue à subir un impact fort de la pandémie avec un flux de touristes "encore négligeable" en magasins et encore nombre de magasins fermés ou fonctionnant à horaires réduits.

Ces perspectives d'une reprise très lente faisaient chuter le titre de 4,72% à la Bourse de Londres en début d'échanges. (awp)

>>Notre dossier Coronavirus






 
 

AGEFI



...