Les trois piliers de l’innovation stratégique

dimanche, 11.11.2018

Christophe Clavé *

Christophe Clavé

De quoi parle t’on lorsqu’on aborde la question de l’innovation stratégique? Parle-t-on d’innovation en stratégie ou de stratégie en innovation? Que recouvre cette idée? Nous proposons ici une approche de l’innovation stratégique fruit de nos expériences comme entrepreneur et enseignant, que nous croisons avec l’excellent livre «10 types of innovation» de Larry Keeley.

L’innovation stratégique recouvre à la fois l’innovation dans le domaine de la stratégie d’entreprise, la stratégie appliquée à l’innovation, l’innovation qui aurait un tel impact sur la performance de l’entreprise qu’on pourrait l’appeler stratégique, et la combinaison d’innovations qui une fois systémisées créeraient un avantage stratégique. L’apport de la pensée agile est de considérer l’innovation au cœur de la politique de l’entreprise, comme un processus constant et ininterrompu. La recherche de l’amélioration de la performance, à commencer par l’expérience client, est le fruit d’innovations permanentes.

L’expérience client

L’expérience client est le premier pilier de l’innovation stratégique, c’est-à-dire les perceptions par les clients lors de l’utilisation des produits et services de l’entreprise. Ce pilier comprend tout ce qui touche à la courbe d’utilité pour l’utilisateur, à savoir sa perception lors de l’achat du produit ou du service, lors de sa livraison, lors de son usage, son utilisation, etc.

Ainsi la qualité, la facilité, la rapidité avec lesquelles le produit est acheté, toutes les étapes du processus d’achat doivent être incessamment améliorées pour le rendre non seulement aisé mais plaisant. Les relations du consommateur avec la marque, dans la communication de cette dernière, les liens construits sur internet, l’usage du site et la façon dont il génère naturellement une commande ou au moins une entrée en relation avec l’entreprise, sont également essentielles.

Les produits et services

Les produits et services eux-mêmes constituent le deuxième pilier de l’innovation. Sont-ils facilement (très facilement) compréhensibles par un client potentiel?

Combien de jeunes ou moins jeunes entrepreneurs exposent-ils leur produit ou service de façon peu compréhensible par le quidam, parce qu’ils décrivent leur produit, sa technologie, plutôt que son intérêt pour l’utilisateur? L’utilité pour celui-ci est-elle mise en avant dès la présentation du produit ou du service? La qualité et la performance des produits sont-elles mises en avant et exprimée sous l’angle de la valeur qu’elles apportent au client, et non de leurs performances propres? Les processus internes de l’entreprise, de la conception, à la logistique, en passant par la prise de commande, le paiement, sont-ils tournés vers l’expérience utilisateur, le bien être, le plaisir du client?

Voici les sujets qui doivent accaparer l’entreprise et sans cesse nourrir ses innovations.

Les processus internes et le modèle d’affaires de l’entreprise forment le troisième pilier de l’innovation stratégique. Comment l’entreprise crée-t-elle de la valeur, comment la somme des activités qui y mène est-elle analysée, comprise, améliorée sans cesse? Comment l’organisation et les processus de prise de décision de l’entreprise sont-ils adaptés aux besoins des marchés et des clients?

L’entreprise gère t’elle utilement des réseaux internes et externes de compétences, de savoir, lui permettant de s’améliorer sans cesse?

Comme toujours, l’agilité reprend dans un cadre et avec des objectifs nouveaux, bon nombre de pratiques, de méthodes et d’outils déjà présents dans l’entreprise.

Il en va de même avec l’innovation stratégique qui touche à tous les domaines de l’entreprise, et qui se veut à la fois incrémentale et disruptive, et qui se gère comme un processus permanent et continu.

* Président EGMA






 
 

AGEFI



...