Postfinance, Raiffeisen et ZKB soumises à de nouvelles exigences

mercredi, 21.11.2018

Les trois établissements nationaux, Postfinance, Raiffeisen et ZKB, devront constituer des réserves en vue d'un "éventuel assainissement ou d'une éventuelle liquidation".

Postfinance devra se plier aux exigences fixées par le Conseil fédéral aux banques jugées d'importance systémique en matière de capitalisation. (Keystone)

Postfinance, Raiffeisen et la Banque cantonale de Zurich (ZKB) n'échapperont plus dès l'an prochain aux exigences fixées par le Conseil fédéral aux banques jugées d'importance systémique en matière de capitalisation.

Les trois établissements nationaux devront constituer des réserves en vue d'un "éventuel assainissement ou d'une éventuelle liquidation", résume mercredi un communiqué de l'administration fédérale au sujet de la révision de l'ordonnance sur les fonds propres (OFR).

Ces exigences pour les grands établissements tournés vers le marché intérieur seront toutefois plafonnées à 40% de celles introduites en 2016 pour les multinationales que représentent UBS et Credit Suisse.

Le Conseil fédéral a par ailleurs modifié les règles relatives au traitement des participations dans les filiales des banques d'importance systémique, remplaçant la déduction de ces participation lors du calcul des fonds propres exigés par une pondération des risques inhérents à ces engagements.

Contactée par AWP, la ZKB affirme déjà remplir, même dépasser, les exigences de fonds propres supplémentaires pour les établissements nationaux d'importance systémique.

L'ordonnance entérinée mercredi par le Conseil fédéral correspond aux informations contenues dans la consultation afférente lancée par le gouvernement en février 2018, rappelle Postfinance. "En conséquence, nous avons déjà pu nous préparer à ce scénario et répondons déjà aujourd'hui aux exigences fixées au 1er janvier 2019", explique le bras financier de la Poste dans une prise de position écrite.

Le renforcement des fonds propres se fera sans recourir à des moyens extérieurs jusqu'en 2021/22, conformément au programme de capitalisation de l'établissement bernois.

Raiffeisen a pour sa part indiqué "remplir les nouvelles exigences ("gone concern") par ses propres moyens et sans mesures supplémentaires de capitalisation durant la période transitoire de sept ans" de 2019 à 2025, a précisé un porte-parole de l'établissement.

Concernant le ratio d'endettement, ce dernier a ajouté que "Raiffeisen y répond déjà aujourd'hui complètement". (ats)






 
 

AGEFI



...