Une taxe sur les billets d'avion acceptée par les Suisses

samedi, 25.08.2018

Les Suisses sont prêts à débourser 50 francs de plus sur le prix d'un billet d'avion au profit de l'environnement.

Pour la majorité des personnes sondées, l'argent doit aller à des projets de protection du climat en Suisse.

Une majorité de la population suisse est ouverte à l'introduction d'une taxe sur les billets d'avion, selon un sondage publié vendredi. Un supplément de 50 francs par billet au profit de l'environnement est considéré comme un montant raisonnable.

Selon la Fondation suisse pour l'énergie (SES), 60% des personnes interrogées estiment que le subventionnement du trafic aérien est dépassé. Ce secteur bénéficie de nombreux privilèges fiscaux et liés à la planification qui contribuent à réduire les coûts des vols, accuse la SES. Actuellement les passagers ne paient rien pour les dégâts qu'ils causent au climat.

Selon un sondage gfs commandé par la Fondation, 37% des Suisses seraient prêts à payer 50 francs ou plus pour remédier à cette situation. 15% n'iraient pas plus haut que neuf francs. Plus d'un tiers des personnes interrogées n'ont pas d'avis sur le montant de la compensation pour l'environnement.

Des projets en Suisse

A la question de savoir à quoi les moyens supplémentaires doivent être consacrés, 60% ont répondu que cet argent doit aller à des projets de protection du climat en Suisse. A la deuxième place figure le soutien au trafic ferroviaire, "pour rendre superflus les vols internes à l'Europe".

Viennent ensuite le soutien à des projets de protection du climat dans les pays en développement et des projets de recherche dans le domaine du trafic aérien.

Une intervention législative est nécessaire et urgente, affirme Florian Brunner, chef de projet à la SES, cité dans le communiqué. Selon lui, agir sur les prix constitue "le moyen le plus efficace pour juguler la croissance de la demande". Et d'exhorter les politiques à introduire enfin cette taxe sur les billets d'avion dans le cadre de la révision de la loi sur le CO2.

Lettre ouverte à Doris Leuthard

En avril, des associations de défense de l'environnement avaient déjà adressé une lettre ouverte à Doris Leuthard pour réclamer l'introduction d'une taxe sur les billets d'avion et un impôt sur le kérosène. Ce document exigeait aussi des mesures pour soutenir les moyens de transport écologiques, comme les trains de nuit.

La compagnie Swiss a indiqué vendredi qu'elle n'était pas opposée par principe à une hausse des prix des billets. Mais cela n'aurait aucun sens que la Suisse agisse seule pour une problématique qui concerne le monde entier.

Dans ce contexte, la filiale de Lufthansa salue le développement d'un régime de compensation et de réduction de carbone pour l'aviation internationale (Corsia dans son acronyme anglais). Cet instrument devra limiter les hausses de CO2 provenant du secteur aérien en se fixant comme références les années 2019 et 2020.

Le sondage a été effectué par la société gfs par téléphone entre le 21 juin et le 18 juillet auprès de 1019 personnes en Suisse romande et en Suisse alémanique. (awp)






 
 

AGEFI



...