Selon l'OFS, la classe moyenne jouit de bonnes conditions de logement

jeudi, 12.11.2020

Les Suisses sont globalement satisfaits de leur logement, d'après l'Office fédéral de la statistique (OFS). Seuls 5% de la population totale se dit insatisfaite. Ce taux est de 10% chez les faibles revenus. L'insatisfaction diminue plus le revenu augmente. La classe moyenne est relativement bien lotie.

Font partie de la classe moyenne les personnes seules dont le revenu brut était compris, en 2018, entre 3910 et 8379 francs par mois et les couples avec deux enfants de moins de 14 ans dont le revenu brut était compris entre 8211 et 17'595 francs.

Certains médias se sont fait l'écho d'un certain déclassement de la classe moyenne qui n'aurait plus les moyens de se payer son propre logement. Il y a certes quelques différences, mais pas de fossé, relève jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Font partie de la classe moyenne les personnes seules dont le revenu brut était compris, en 2018, entre 3910 et 8379 francs par mois et les couples avec deux enfants de moins de 14 ans dont le revenu brut était compris entre 8211 et 17'595 francs. En Suisse, 56,6% de la population fait partie de la classe moyenne: 26,6% de classe moyenne inférieure et 30,0% de la classe moyenne supérieure.

Dans la moyenne pour la propriété

Concernant la propriété, 44,3% des personnes habitaient dans leur propre logement ou maison en 2018. Dans la catégorie moyenne supérieure, cette proportion atteint 51,2%, et dans la catégorie moyenne inférieure, 40,8%. A noter que dans les catégories de faibles revenus, elle n'atteint que 28%.

Presqu'un quart de la population vivait dans une maison individuelle en 2018. Cette proportion est plus ou moins la même quel que soit le niveau de la classe moyenne. Et seulement 4% des personnes issues de la classe moyenne vivent dans un logement surpeuplé, contre 16% pour les personnes à faible revenu.

Coût difficile pour les faibles revenus

La charge du coût du logement montre également de fortes disparités. On parle de surcharge dès que le poids excède 40% du revenu disponible. Elle touche surtout les bas revenus, avec une part de 38%. Dans la classe moyenne inférieure, une personne sur dix est confrontée à ce problème, 3,6% dans la catégorie de revenus moyens supérieurs.

Les conditions de logement révèlent aussi quelques différences mais pas aussi marquées que pour le poids du coût du logement. Ainsi une personne sur dix vit dans un logement humide, cette part variant de 13,6% à 9,1% pour les catégories de revenu faible, moyen inférieur et moyen supérieur.

L'analyse de l'OFS se penche également sur les différences régionales. Dans la région lémanique, les personnes tendent à habiter particulièrement souvent dans des logements surpeuplés. En Suisse centrale, ils disposent de plus d'espace de vie.

Classe moyenne bien logée

La part de personnes confrontées à un coût du logement excessif est particulièrement faible parmi les propriétaires ainsi qu’en Suisse orientale. Pour la classe moyenne, la proportion de personnes devant faire face à une surcharge du coût tend à être la plus haute à Zurich.

La classe moyenne ne souffre donc généralement pas de mauvaises conditions de logement. Elle dispose comparativement d’un espace de vie suffisant et d’une qualité du logement ne différant que très peu de celle des logements de la population totale. Contrairement aux revenus modestes, elle ne souffre pas excessivement du coût du logement, conclut l'OFS.






 
 

AGEFI



...