Votations: avions et congé paternité ont la cote, l'initiative UDC boudée

mercredi, 16.09.2020

Les Suisses accepteraient largement l'achat de nouveaux avions de combat et le congé paternité, selon les sondages SSR et Tamedia. Le "non" à l'initiative UDC est toujours aussi net.

Du côté des avions de combat, 56% de la population se dit en leur faveur contre 40%. (Keystone)

Les derniers sondages publiés mercredi par Tamedia, dix jours avant le scrutin, montrent qu'une majorité claire de Suisses soutiennent le congé paternité de deux semaines, soumis au peuple le 27 septembre avec les quatre autres objets. D'après la 2e enquête "trend" de la SSR, les Helvètes sont 61% à y adhérer, contre 35% et 4% d'indécis. Ils seraient même 70% contre 28%, selon le 3e sondage de Tamedia et 20 Minuten.

Auteur de l'enquête mandatée par la SSR, l'Institut de recherche gfs.bern, pointe un "vaste consensus social sur la question", déjà présent en août. Le congé paternité serait principalement refusé par l'électorat UDC. C'est en Suisse romande que l'approbation est la plus forte (77% de "oui", et même 80% selon le sondage Tamedia).

Les avions décollent

Du côté des avions de combat, 56% de la population se dit en leur faveur contre 40%, d'après l'enquête de la SSR, selon laquelle Tessinois et Romands sont néanmoins toujours plus critiques, avec une parfaite moitié de "non" pour ces derniers. Le sondage Tamedia avance des chiffres plus polarisés au niveau suisse: 65% de "oui" (+7 par rapport à son sondage de début septembre) et 34% de "non".

Qu'au final une majorité de femmes va voter pour le renouvellement de la flotte aérienne est tout sauf sûr, d'après l'enquête SSR (50% de "oui" aux avions, contre 45% de "non"), alors que selon l'autre sondage, elles sont désormais 58% à soutenir l'achat. Les hommes, eux, seraient même 71% à épouser la proposition du Conseil fédéral.

Initiative UDC en déroute

L'initiative dite de limitation continue d'être boudée par les Suisses. Si on avait voté le 6 septembre, 63% l'auraient rejetée et 35% approuvée, selon l'enquête "trend". Les résultats du sondage Tamedia sont comparables (respectivement 65% et 33%). Les soutiens à l'initiative rassemblent essentiellement les sympathisants de l'UDC.

Par rapport aux sondages précédents, les différences demeurent entre régions linguistiques. Si le "non" de la Suisse romande est très net, à 70% ou 71%, les sondages notent une tendance vers le "oui" côté tessinois (49% dans les deux camps selon l'enquête de la SSR), parlant tous deux de "barrière de polenta" pour cet objet.

La chasse en eaux troubles

Les scrutins pour la loi sur la chasse et les déductions fiscales pour frais de garde des enfants promettent d'être serrés. D'après l'enquête de la SSR, 48% des votants rejettent la loi sur la chasse contre 46% et 6% d'indécis. Les deux camps sont également au coude à coude chez Tamedia et 20 Minuten: 49% de "non" contre 48% de "oui".

Les deux sondages font part d'évolutions contraires, le premier insistant sur la nette progression des opposants et le second sur celle des partisans depuis la fin de l'été. Ils s'accordent toutefois sur le fait que la loi demeure davantage populaire dans les campagnes que dans les villes, chez les retraités qu'auprès des plus jeunes et en Suisse alémanique qu'en Suisse romande.

Déductions sur la sellette

En ce qui concerne les déductions fiscales pour enfants, l'objet serait rejeté à 52% par les Suisses contre 43% de "oui", selon l'enquête de la SSR. Le sondage Tamedia écrit pour sa part 51% de "oui" et 46% de "non". Tous deux notent cependant que la proportion des opposants a progressé en un mois, notamment via les indécis.

La Suisse romande et italophone conserve une majorité de "oui" pour cet objet, alors que le scrutin demeure davantage disputé en Suisse alémanique. L'argument dénonçant via cette votation un cadeau fiscal fait aux riches gagne en importance au sein de la population, note l'enquête "trend", précisant que la décision finale reste ouverte.

La 2e enquête de la SSR a été réalisée entre le 2 et le 10 septembre auprès de 17'909 titulaires du droit de vote. La marge d'erreur statistique est de +/- 2,7 pour cent. Quant au 3e sondage de Tamedia et 20 Minuten, réalisé les 10 et 11 septembre, il se fonde sur 20'310 réponses pondérées en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques.(AWP)






 
 

AGEFI



...