Immobilier: les stations de Villars et Verbier en haut du classement

mardi, 20.11.2018

Villars (VD) et Verbier (VS) figurent en tête de l'indice sur l'immobilier alpin de Naef Prestige Knight Frank. Les deux stations ont gagné en attractivité après avoir investi dans de nouvelles remontées mécaniques, des hôtels et des centres sportifs.

Malgré la force du franc, l'indice des prix a progressé de 3,4 % pour la station de Verbier. (Keystone)

L'indice de Naef Prestige Knight Frank a reculé de 0,5 % sur un an en juin 2018, soit une baisse moins importante que celle de 1,8 % observée en 2017. Pour sa dixième année, l'indice sur l'immobilier alpin suit le changement annuel du prix d'un chalet, de quatre chambres, à travers 16 stations de ski françaises et suisses. 

L'année dernière, les stations françaises occupaient les quatre premières places, alors que cette année deux stations suisses, Villars (6 %) et Verbier (3,4 %) arrivent en tête. Elles étaient en retrait les années précédentes, mais une hausse subite des investissements, tant au niveau des remontées mécaniques, qu’aux hôtels de luxe, ou zones pour débutants et activités hors ski, ont boosté le nombre de touristes, la demande des acheteurs et par conséquent les tarifs des biens.

Berceau de trois écoles internationales, la station de Villars attire également un certain nombre de parents cherchant à acheter un pied-à-terre à proximité. La facilité d'accès à Verbier, son orientation sud et son large éventail d'activités de loisirs, sont autant de raisons pour son positionnement en haut du classement.

Forte baisse des prix à St-Moritz 

Ailleurs en Suisse, la force du franc a freiné certains acheteurs, bon nombre d'entre eux se sont tournés vers l'Autriche ou la France. Le franc fort a un impact non seulement sur le coût d'acquisition, mais également sur la demande de location à long terme plus faible.

Pour St-Moritz (-11,1%), la solidité du franc, les tarifs élevés, ainsi que la disparité entre l'offre et la demande ont entraîné une baisse des prix. Il existe une demande non satisfaite pour des logements plus petits, alors que l'offre actuelle est constituée de chalets plus anciens et plus grands.

Contrairement aux stations suisses, que l'on retrouve aux deux extrémités du classement, aucune des huit stations françaises suivies par l'indice, n'a enregistré un recul annuel des prix de l'immobilier de luxe.






 
 

AGEFI



...