Les révolutions industrielles réinventent la société: l’économie

mardi, 17.07.2018

Xavier Comtesse*

En Europe, à partir du XVIe siècle, un nouveau système économique voit le jour: le capitalisme. A cette époque, il était principalement lié au commerce international (capitalisme marchand). Ce système favorisa une croissance économique formidable du monde occidental et accéléra la disparition progressive du système économique précédent: le féodalisme. Puis la révolution industrielle, celle de la machine à vapeur et du capitalisme productif commencée en Angleterre puis en Wallonie avant de toucher d’autres régions européennes comme la Suisse va encore accélérer l’essor économique.

Ainsi, un tout nouveau système économique de production voit le jour. Il repose sur deux piliers clés: la propriété privée et la liberté d’entreprendre. Cependant, ne l’oublions pas, le capitalisme a été le produit d’adaptations successives au cours des deux derniers siècles. Il a pris diverses formes comme les coopératives, les mutuelles, etc. ou encore le capitalisme d’Etat. Et la vraie invention juridique de cette époque a été la «société anonyme». Elle verra formellement le jour en France en 1807 dans le code du commerce, sous Napoléon. Elle n’est désormais plus une société de personnes mais de capitaux. La société anonyme rompt avec les formes antérieures: plus aucun associé n’est responsable, tous bénéficient d’une responsabilité limitée. Les parts, en l’occurrence les actions, sont librement cessibles.

La seconde révolution industrielle verra l’avènement de la machine-outil et de l’électricité. C’est surtout une période de développement pour de très grandes entreprises industrielles internationales (Siemens 1847, ABB 1890/91, General Motors 1908, IBM, 1911, etc.). C’est l’âge du gigantisme: gratte-ciel, immense usine, production en grande série notamment dans l’automobile. Les bourses d’échanges de capitaux fleurissent. La société de consommation étend sa domination. Chicago, Londres, New York, la Ruhr dominent le monde économique.

L’industrie s’informatise
La troisième révolution industrielle donnera naissance au «Capital Venture» et aux «Start-up»… c’est le tour de la Silicon Valley et de la Californie. Le monde bascule à nouveau. L’économie voit naître de nouveaux acteurs dominants: les GAFA. L’industrie s’informatise. La machine-outil devient programmable, on parle désormais de machines à commandes numériques. Les ouvriers cèdent leurs places aux techniciens et aux ingénieurs. L’usine s’automatise, se robotise. Et déjà le capital invente la licorne… sorte de société anonyme sur-capitalisée.

Désormais se pointe la quatrième révolution industrielle, celle marquée par le «machine learning» et l’Intelligence artificielle. Le Capital cède sa place à l’Intelligence. Les Start-up aux Net-up (sorte d’entreprises en réseau). Les plateformes d’échange, de commerce et de sur-traitance prennent la place des magasins en dur (brick and mortar) et de la sous-traitance. Cela introduit par la même une nouvelle économie dans laquelle les «modèles d’affaires» s’inventent chaque jour: on ne vend plus la propriété mais l’usage de celle-ci… on n’achète plus de CD… la musique est streamée… et Netflix impose son modèle d’affaire. En même temps les Fintech qui réinventant l’économie du capital (blockchain), nous font basculer à nouveau vers l’inconnu…

* Mathématicien, digital shaper






 
 

AGEFI




...