Le tourisme en Suisse pourrait pâtir du coronavirus

lundi, 27.01.2020

Les réservations pour les voyages en groupe ont été suspendues par Pékin en raison des risques de propagation du virus chinois. Les spécialistes anticipent une chute jusqu'à 50% des touristes en provenance de la Chine.

Les Chinois représentent 20% des touristes se rendant au Jungfraujoch. La majorité d'entre eux (60%) voyage en groupe. (Keystone)

Le secteur du tourisme en Suisse pourrait subir les conséquences du coronavirus qui sévit actuellement en Chine, les spécialistes anticipant une chute de jusqu'à 50% des touristes en provenance de l'Empire du Milieu.

Les réservations pour les voyages en groupe ont été suspendues par Pékin pour tenter d'enrayer l'épidémie qui a déjà fait 80 morts.

En plus de l'arrêt immédiat des réservations de voyages de groupe vers l'étranger, les voyageurs en Chine peuvent également "annuler les réservations de vols déjà confirmées gratuitement et avec effet immédiat", a indiqué à AWP Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme.

>> Lire aussi: Les marchés européens chutent face aux craintes sur le coronavirus

"Les incidences directes sur le tourisme suisse sont limitées, car les voyageurs sont déjà arrivés pour la fête du Nouvel An/printemps chinois", relativise l'organisation. De plus, "les semaines à venir ne sont pas des périodes de voyage de haute saison".

"Nous enregistrons un nombre supérieur d'annulations en lien avec le coronavirus", a pour sa part précisé une porte-parole de la compagnie aérienne Swiss. "Les annulations restent toutefois en nombre restreint", a-t-elle ajouté, se refusant à donner un chiffre concret.

De son côté, l'exploitant du tarmac zurichois Flughafen Zürich réalise 2% de son chiffre d'affaires avec des vols à destination ou en provenance de la Chine et de Hong-Kong, a souligné un analyste d'UBS. A cela s'ajoute que les passagers asiatiques comptent pour 15% des ventes au détail dans l'aéroport. Pour l'instant, aucune mesure sanitaire n'a été mise en oeuvre.

>> Lire aussi: Le yen et le franc grimpent sous l'effet de l'épidémie de coronavirus

L'impact de l'épidémie n'est pas encore perceptible, relève pour sa part Nicolas Meylan, directeur général de Mövenpick Hotel & Casino Genève. "Les Chinois représentent 5 à 6% de la clientèle de l'hôtel et constituent un segment en plein développement", poursuit-il. L'hôtel accueille surtout des groupes.

Toutefois, la Suisse n'est pas une destination très populaire pour les Chinois en hiver, l'impact est donc à relativiser selon lui.

"La saison des voyages des Chinois en Suisse débute véritablement en avril, donc le coup d'arrêt ne nous fait pas encore trop mal", remarque Michael Maeder, directeur général du Switzerland Travel Centre. Le tour-opérateur réalise 3 à 4% de son chiffre d'affaires avec les touristes chinois. "Nous avions cette semaine deux voyages en groupe prévus, qui sont donc annulés".

"Selon la durée de l'interdiction, cela aura une influence sur nos activités car les clients auront peut-être d'autres plans quand elle sera levée", relève-t-il. "Les voyageurs chinois réservent en général leurs voyages à courte échéance et retourneront ainsi probablement très rapidement à l'étranger une fois l'épidémie de coronavirus terminée", a complété Mme Kanel.

D'après les chiffres de l'OFS, plus des deux tiers des 1,73 million de nuitées hôtelières des voyageurs chinois, hongkongais et taiwanais, enregistrées en 2018, ont été effectuées durant la saison estivale (mai et octobre).

Certaines régions plus exposées

"Comme les voyages de groupe sont principalement concernés par cet arrêt des réservations et des voyages, les effets se feront surtout sentir dans les destinations prisées par les voyages de groupe", note Mme Kanel. Il s'agit principalement de Genève, Zermatt, Interlaken, Lucerne et Zurich.

Dans la région de Lucerne, les remontées mécaniques du Titlis s'attendent à des annulations même s'il n'y en a pas encore eu, selon leur directeur suppléant Peter Reinle. "Si la situation se poursuit d'ici l'été, alors les effets seront plus forts". En hiver, les touristes chinois pèsent pour 5% des visiteurs alors qu'en été, leur part progresse à 20%. La grande majorité (80%) voyage en groupe.

Du côté de l'exploitant de remontées mécaniques Jungfraubahn, "aucune influence sur les réservations" ne s'est jusqu'à présent fait sentir. "Il n'y a eu aucune annulation", a indiqué à AWP une porte-parole. Les Chinois représentent 20% des touristes se rendant au Jungfraujoch. La majorité d'entre eux (60%) voyage en groupe.

"Dans les prochaines semaines, Suisse Tourisme s'attend à une diminution de 30% à 50% du nombre de visiteurs chinois en Suisse", projette Mme Kanel. Selon les nuitées de l'hôtellerie enregistrées entre février et mai 2018, ceci représente de 70'000 à 100'000 nuitées par mois.

Les hôtes chinois constituent une clientèle importante pour le tourisme suisse, cependant, ils ne représentent que 4,5% de toutes les nuitées en hôtel, rappelle la porte-parole.

Les retombées économiques sont toutefois non négligeables, estimées à environ 656,3 millions de francs en 2018. Les Chinois figurent parmi les visiteurs les plus dépensiers, avec une moyenne de 380 francs par personne et par jour.

Le coronavirus a déjà fait son chemin jusqu'en Europe. Trois cas ont été confirmés en France et deux cas suspects sont en cours d'examen à l'hôpital du Triemli à Zurich. Les deux patients hospitalisés présentent des signes d'infection après un séjour en Chine. Ils ont été placés en quarantaine. (awp)






 
 

AGEFI




...