Orior augmente ses ventes semestrielles malgré la crise du coronavirus

mardi, 14.07.2020

Les recettes du groupe alimentaire zurichois Orior ont progressé de 2,8% au premier semestre 2020. Sa rentabilité a souffert.

Les résultats au premier semestre sont nettement supérieurs aux attentes des analystes. (Orior)

Le groupe alimentaire Orior a réussi à augmenter son chiffre d'affaires sur les six premiers mois de l'année, malgré l'impact de la pandémie de coronavirus sur ses activités. Face aux coûts engendrés par le Covid-19, la société zurichoise s'attend à un repli de la rentabilité semestrielle.

Les ventes du producteur de plats à emporter Culinor et de charcuterie Rapelli ont progressé de 2,8% sur un an à 287,4 millions de francs, alors que les mesures prises pour lutter contre le Covid-19 ont conduit à un "effondrement partiel des ventes" dans les activités Food Service (services à la restauration) et Casualfood (restauration à emporter), a indiqué Orior mardi dans un communiqué.

Le groupe est néanmoins parvenu à "surcompenser" les pertes de chiffre d'affaires dans l'activité Food Service par l'évolution positive dans le commerce de détail.
Dans l'immédiat, l'activité dans la restauration se reprend mieux que prévu après la fin du confinement et le groupe devrait aussi profiter de la reprise en juin des vols dans le secteur aérien.

La croissance organique a atteint 0,2%, portée par les divisions Orior Refinement (+3,7%) et Orior International (+0,3%). Les acquisitions ont apporté une contribution positive de 4,0%, reflétant la prise de contrôle l'année dernière de l'allemand Casualfood. Les effets de changes ont par contre eu un effet négatif de 1,4%.

Ces chiffres sont nettement supérieurs aux attentes des analystes consultés par AWP. Ces derniers tablaient en moyenne sur des ventes de 280,8 millions de francs et une croissance organique négative de 3,2%, même si la fourchette de leurs estimations était très large.

Investisseurs rassurés

Les coûts supplémentaires engendrés par les mesures de protection contre le virus ont conduit à des charges uniques "substantielles" et les activités de Casualfood se sont retrouvées quasiment à l'arrêt. Si la direction a été en mesure de compenser partiellement ces charges par une gestion "rigoureuse" des dépenses et l'introduction du chômage partiel, le résultat brut d'exploitation (Ebitda) est attendu en baisse au premier semestre, comparé aux 28,4 millions de francs dégagés au premier semestre 2019.

Le groupe fournira les 19 août des résultats semestriels détaillés et fera le point sur sa performance sur l'ensemble de 2020.

Début avril, Orior avait mis en sourdine ses objectifs pour l'année en cours face aux remous provoqués par la pandémie de coronavirus. Ses prévisions à plus longue échéance et la politique de dividende demeurent inchangées.

A la Bourse suisse, ces annonces rassuraient les investisseurs et le titre prenait 1,0% à 77,60 francs, dans un indice SPI en nette baisse de 1,34% vers 10h00.
Les analystes de Vontobel ont souligné la contribution négative à la rentabilité et aux marges de Casualfood, récemment acquis en Allemagne.

"La croissance organique a été clairement meilleure qu'escompté", se sont réjouis les spécialistes de Baader Helvea dans une note. Ces derniers anticipent un Ebitda de 22,2 millions de francs sur les six premiers mois de l'année. (awp)






 
 

AGEFI



...