Coronavirus: des sanctions pour les contrevenants aux mesures de lutte

mardi, 17.03.2020

Les polices cantonales prennent des mesures pour faire respecter les prescriptions édictées lundi par le Conseil fédéral.

Les sanctions visent par exemple les personnes qui ne respecteraient pas l'interdiction de manifestations. (Keystone)

Les contrevenants aux mesures décidées lundi pour lutter contre le coronavirus s'exposent à des sanctions pénales pouvant aller jusqu'à trois ans de prison. Les polices cantonales ont déjà pris des mesures pour faire respecter ces prescriptions.

En Valais, les forces de la police cantonale quadrillent désormais 24 heures sur 24 l'entier du territoire cantonale. Elles ont pour mission de prêter assistance à la population, mais également de faire "appliquer strictement les décisions de l'autorité en matière de lutte contre le coronavirus", précise la police cantonale dans un communiqué. Les personnes contrevenant à ces mesures seront dénoncées au Ministère public.

>>> Lire notre dossier Coronavirus 

La police cantonale vaudoise fera "preuve de compréhension dans les premiers jours de la mise en oeuvre des mesures puis n'hésitera pas à dénoncer les personnes qui contreviennent", précise-t-elle sur son site internet. Celles-ci s'exposent à une peine privative de liberté de trois ans au plus ou une peine pécuniaire, selon l'ordonnance du Conseil fédéral.

Respecter les lignes directrices

Pour les services de police, la première préoccupation "est que la population soit consciente de sa responsabilité et qu'elle respecte les lignes directrices émises", précise un porte-parole de la la Conférence des commandants des polices cantonales (CCPCS) à Keystone-ATS. Les membres de la CCPCS échangent régulièrement, afin d'avoir une approche aussi uniforme que possible.

Les sanctions visent les personnes qui ne respecteraient pas l'interdiction de manifestations ou la fermeture jusqu'au 19 avril des magasins, restaurants, bars et établissements de divertissements et de loisirs. Par ailleurs, dans les établissements qui restent ouverts, il est obligatoire de respecter les recommandations de l'Office fédéral de la santé publique en matière d'hygiène et d'éloignement social, sous peine de sanction. (ats)






 
 

AGEFI



...