La Bourse suisse plombée par ses poids lourds

mercredi, 29.04.2020

Les poids lourds empêchaient ce mercredi la place zurichoise de profiter pleinement de l'élan imprimé par New York la veille au soir.

Le bon Roche (-1,8%) et la nominative Novartis (-1,1%) occupaient en effet respectivement l'ultime et l'antépénultième position. (Keystone)

La Bourse suisse était écartelée mercredi entre une volatile AMS plus qu'inspirée et des poids lourds en net recul. Alors que se précisent les plans de déconfinement progressifs chez les principales économies de la planète, les détenteurs de capitaux prennent parallèlement conscience que ces derniers induisent un risque de recrudescence de la pandémie.

Les détenteurs de capitaux retiennent en outre leur souffle dans l'attente de "deux évènements potentiellement explosifs", rappelle John Plassard, de Mirabaud. Les Etats-Unis doivent en effet livrer une première estimation de l'évolution du produit intérieur brut sur les trois premiers mois de l'année, qui risque fort de marquer une rupture avec 10 ans de croissance continue.

La Réserve fédérale (Fed) doit par ailleurs annoncer en soirée sa dernière décision en matière de taux d'intérêts. "La réunion du FOMC ne devrait donner lieu à aucun feu d'artifice, (...) la Fed ayant déjà ramené ses taux à près de zéro et fait tout ce qu'elle pouvait pour maintenir une liquidité suffisante sur le marché monétaire", anticipe Ipek Ozkardeskaya, de Swissquote.

A 11h10, le Swiss Market Index (SMI) abandonnait 0,48% à 9841,64 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,40% à 12'145,56 points. Le Swiss Leader Index (SLI) des trente principales valorisations - dont 18 grimpaient et douze reculaient - grappillait 0,02% à 1433,66 points.

La pondération des poids lourds dans les indices expliquait en grande partie ces divergences. Le bon Roche (-1,9%) en particulier pesait sur la tendance. Nestlé reculait déjà de 1,1% et Novartis de 0,9%. Ce dernier vient d'obtenir une extension d'indication pour son anti-inflammatoire Cosentyx en Europe, contre la spondylarthrite axiale.

Le bon Schindler prenait 0,4%, qui a dévoilé une commande d'envergure pour l'aéroport de Francfort.

AMS (+20%) poursuivait son échappée en solitaire, porté par un premier trimestre plus robuste qu'escompté. Le producteur de puces et capteurs était poursuivi par un grupetto de bancaires. UBS prenait 4,0%, Credit Suisse 2,5% et Julius Bär 2,2%.

Sur le marché élargi, EFG International (+2,5%) a publié - par surprise - un point de situation au terme de son premier partiel, laissant entrevoir un regain d'activité.

Dätwyler (porteur +2,0%) a cédé des activités en Allemagne à la direction de l'unité en question.

Airesis abandonnait 2,3%, après avoir publié ses résultats 2019.

Le bon de participation Lindt&Sprüngli abandonnait certes 2,5% ou 200 francs, mais était dégraissé d'un dividende de 175 francs.

Oerlikon s'enrobait de 0,9%, malgré la dégradation de sa recommandation par Baader Helvea mardi soir. Stadler Rail (+2,8%) profitait de la recommandation à l'achat émise par Citigroup.

SFS (-0,3%) s'est trouvé un nouveau directeur financier. (awp)






 
 

AGEFI



...