Enquête: une PME suisse exportatrice sur six risque la faillite

jeudi, 30.04.2020

Les PME suisses exportatrices ressentent d’importantes difficultés notamment au niveau des ventes à l’étranger et de la chaine d’approvisionnement. Le risque de faillite concerne une PME sur six, révèle une enquête de l'association swiss export.

MH

82% des entreprises interrogées déclarent avoir rencontré des difficultés de vente à l'étranger en raison de la situation actuelle.(Keystone)

Les décisions du Conseil fédéral pour lutter contre la pandémie de COVID-19 sont entrées en vigueur depuis un mois déjà. Pour en mesurer l’impact sur les entreprises suisses exportatrices, l’association swiss export a réalisé une enquête auprès de ses 700 entreprises membres, dont 147 d’entre elles ont participé.

Les résultats de l’enquête menée par swiss export démontrent que 82% des entreprises interrogées déclarent avoir rencontré des difficultés de vente à l'étranger en raison de la situation actuelle.

Outre les difficultés liées à la vente, l'une des plus grandes charges auxquelles les entrepreneurs sont confrontés s’avère être une chaine d'approvisionnement perturbée.

Même après l’assouplissement des règlementations des autorités, les PME suisses seront encore confrontées à des mois difficiles.

Outre les produits intermédiaires en provenance de l’Union Européenne (UE), l’approvisionnement en semi-conducteurs et en de nombreux autres composants en provenance de Chine est gravement affecté. En effet, une grande partie de ces produits est fabriquée à Hubai, une région particulièrement touchée par la situation sanitaire.

Dans de nombreux cas, il n’est pas non plus possible de fournir des composants pour les appareils ménagers et les voitures.

Risque de faillite élevé

L’enquête de swiss export révèle qu’une PME sur six classe le risque de faillite lors des douze prochains mois comme étant élevé ou très élevé. Les craintes sont plus fortement marquées dans le secteur des « services économiques » et dans l’industrie mécanique et électrique.

L’enquête révèle également dans quelle mesure les conditions d’activité des entreprises évoluent négativement. Non seulement les PME enregistrent une baisse de la demande pour leurs produits et services, mais leurs liquidités, que la majorité d’entre elles jugeait bonne il y a un mois à peine, se détériorent aussi nettement.

Elles sont également confrontées à une forte diminution de la disponibilité de matières premières et de produits semi-finis.

Le commerce extérieur suisse a néanmoins évolué positivement en 2019, bien qu’à un rythme plus lent, reflétant ainsi les prévisions positives faites le 1er janvier 2020 pour l’exercice en cours selon lesquelles les entreprises s’attendaient à une croissance moyenne de 3 à 5%.

Ces défis ne peuvent que difficilement être surmontés sans les mesures de soutien des autorités suisses.

Même après un éventuel assouplissement de la règlementation du Conseil fédéral, les PME suisses sont toujours confrontées à une situation difficile.

En effet, environ 52% des entreprises qui ont participé à l'enquête de swiss export s'attendent à une tendance négative de -7 à -30% sur leurs principaux marchés d'exportation pour la période des douze prochains mois.

Forte dépendance à l'UE

Ces prévisions sont estimées alarmantes par swiss export dans un contexte d’une très forte dépendance de la Suisse vis-à-vis de l'Union Européenne (UE). « Afin d’éviter des pertes plus importantes, il est nécessaire de garantir la capacité des entreprises exportatrices suisses à agir le plus rapidement possible. Ce n’est qu’ainsi que la confiance dans la place économique suisse pourra continuer de croitre. La Suisse est synonyme de qualité et pour de nombreuses entreprises encore, le label « Swiss Made » est perçu comme un véritable avantage concurrentiel. La situation doit être préservée par des mesures d'application dans les plus brefs délais afin d’assurer la position de la Suisse dans le commerce international », commente Claudia Moerker, directrice de swiss export. 






 
 

AGEFI



...