Oui à 60.4% à la naturalisation facilitée de la troisième génération

dimanche, 12.02.2017

Les petits-enfants d'immigrés pourront bénéficier d'une naturalisation facilitée. Le peuple et les cantons ont accepté dimanche par 60,4% des voix d'inscrire ce principe dans la constitution. Seuls sept cantons alémaniques ont dit non.

La résistance la plus forte est venue d'Appenzell Rhodes-Intérieures (56,4%) et de Suisse centrale: Schwyz a refusé le projet (54,2%), de même qu'Obwald (53,6%), Uri (53,5%), Glaris (50,4%). Ces cantons avaient déjà mené la fronde contre les facilités aux descendants d'immigrés en 2004, mais avec plus de sept électeurs sur dix hostiles. St-Gall reste de justesse dans ce camp (50,2%) avec la Thurgovie (50,02%).

Le Valais a en revanche changé d'avis depuis la dernière votation. Avec 60,9% de "oui", il fait désormais corps avec le reste de la Suisse romande qui soutient massivement la modification de la constitution. Les Genevois sont les plus convaincus avec 74% de "oui" devant les Vaudois (72,8%) et les Jurassiens (72,8%). Suivent les Fribourgeois (65,7%). Berne approuve le projet à 61,9%.

Le résultat de Neuchâtel n'est pas encore tombé en raison d'un problème de dépouillement à La Chaux-de-Fonds, mais un "oui" est attendu. Sans le résultat de la ville du haut du canton, il se monte à 51,76% des voix.

Les seuls autres cantons alémaniques à soutenir le projet à plus de six électeurs sur dix sont urbains: il s'agit de Bâle-Ville (67,5%) et de Zurich (63,2%). Les Tessinois ne sont convaincus qu'à 50,2%. (awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...