Les parents auront 14 semaines pour s'occuper d'enfants malades

mardi, 10.12.2019

La National a mis sous toit une nouvelle réforme visant à mieux concilier l'activité professionnelle et la prise en charge d'un proche malade.

Environ 1,9 million de personnes accompagnent un enfant ou un adulte chaque jour en Suisse. (Pixabay)

Les parents bénéficieront d'un congé indemnisé de quatorze semaines pour s'occuper d'un enfant gravement malade. Et un employé pourra s'absenter pour soigner un proche. Le National a mis sous toit mardi la nouvelle réforme.

Environ 1,9 million de personnes accompagnent un enfant ou un adulte chaque jour en Suisse. En 2016, cela a représenté 80 millions d'heures de travail, soit 3,7 milliards de francs. Or, seuls deux tiers des entreprises accordent actuellement des congés, en partie rémunérés, à leurs employés en cas d'absence de courte durée pour prodiguer des soins à un proche.

La réforme vise à mieux concilier l'activité professionnelle et la prise en charge d'un proche malade, et permettra d'octroyer des conditions identiques à tous les employés. Elle éclaircira la situation aussi bien pour l'employeur que pour l'employé.

Conjoint pris en compte

La mesure-phare concerne les parents, dont l'enfant est gravement malade ou accidenté. Ils pourront bénéficier d'un congé de quatorze semaines au plus. Le coût du projet est estimé à 30 millions de francs pour les entreprises et 75 millions pour les allocations perte de gain.

Une personne, qui prend soin d'un membre de la famille ou d'un partenaire avec lequel elle habite depuis au moins cinq ans, pourra également prétendre à un congé payé. Celui-ci sera toutefois limité à trois jours par cas et dix jours par année. Les coûts de cette mesure sont estimés entre 90 et 150 millions de francs par an.

L'allocation pour impotent et le supplément pour soins intenses de l'AI continueront en outre à être versé lorsque l'enfant est hospitalisé. Mais le versement sera limité à un mois d'hospitalisation. Et le droit aux bonifications pour tâches d'assistance sera étendu aux personnes avec une allocation pour impotence faible. Ces deux dernières mesures coûteront respectivement 2,5 et un million de francs.

Mesure sur les loyers

Par 103 voix contre 84, les députés ont accepté mardi la mesure ajoutée par les sénateurs sur les loyers, éliminant ainsi la dernière divergence. Les montants maximaux pris en compte au titre de loyer seront adaptés et un loyer maximal garanti pour les bénéficiaires de prestations complémentaires vivant en communauté d'habitation sera introduit. Ces personnes ne seront ainsi pas obligées de changer d'hébergement.

Une partie du camp bourgeois a tenté sans succès de biffer l'article, estimant qu'il n'a rien à voir avec la réforme actuelle. Il s'agit d'une modification de la loi sur les prestations complémentaires qui n'a pas fait l'objet d'un examen approfondi, ni d'une consultation, a dénoncé Regine Sutter (PLR/ZH).

L'UDC et le PLR ont également tenté en vain de durcir la disposition. Aux yeux de Verena Herzog (UDC/TG), il faudrait baser les calculs sur un ménage à quatre personnes et non deux. La situation des personnes aux bénéfices d'aides sera améliorée, sans pour autant grever les comptes de la Confédération, a-t-elle avancé.

Sa proposition aurait fait passer les coûts de la mesure de 3,6 millions à un million. Les bénéficiaires auraient quant à eux été bien moins nombreux, passant de 7100 à 1800.

L'objet est prêt pour les votations finales. (awp)






 
 

AGEFI




...