Chute "vertigineuse" des offres d'emploi au 2e trimestre

mardi, 23.06.2020

Les offres d'emploi ont plongé de 27% en Suisse entre avril et juin, selon Adecco. La Suisse romande enregistre le recul le plus marqué.

La catégorie hôtellerie-restauration et services à la personne subit la baisse la plus brutale, avec -39%, suivie du commerce et de la vente. (Keystone)

La pandémie de coronavirus a causé une dégringolade du nombre d'offres d'emploi au deuxième trimestre, constate Adecco Suisse. La chute est "vertigineuse" et la situation plus sévère par rapport à la crise financière de 2008-2009. La Suisse romande est plus touchée.

Sur trois mois, les offres d'emploi ont plongé de 27% en Suisse entre avril et juin, affirme le géant de l'intérim, qui publie mardi son Swiss Job Market Index. L'enquête, menée avec l'Université de Zurich (UZH), montre que toutes les catégories sont touchées, à des degrés divers.

"Pratiquement tous les secteurs de la vie sociale, économique et culturelle publique ont été contraints de s'arrêter du jour au lendemain. En toute logique, les métiers qui impliquent un contact personnel rapproché et une gestion très rapide sont actuellement particulièrement affectés", affirme Anna von Ow, de l'Institut de sociologie de l'UZH, citée dans un communiqué.

La catégorie hôtellerie-restauration et services à la personne subit la baisse la plus brutale, avec -39%, suivie du commerce et de la vente, du segment bureau et administration ainsi que management et organisation (-35% pour les trois). L'industrie (-21%) et la santé (-22%) tirent la langue, dans des proportions moins importantes.

Les replis les moins forts sont enregistrés dans la technique et les sciences naturelles (-17%) ainsi que dans le bâtiment et le second oeuvre (-18%), selon Adecco Suisse.

Télétravail sans effet

Certaines professions n'ont pas pu inverser la tendance, malgré le recours possible au télétravail, comme la banque, la finance, la comptabilité et les assurances, dont les offres d'emploi se sont contractées de 19%.

"Nous supposons que la situation actuelle aura pour effet d'accélérer les processus de transformation, afin d'automatiser et de numériser encore davantage les procédés de production et de travail", affirme Monica Dell'Anna, directrice générale d'Adecco Suisse.

La région lémanique (avec le Valais) et l'Espace Mittelland - qui comprend les cantons de Fribourg, Neuchâtel, Jura et Berne - enregistrent le recul le plus marqué, de 29%. Côté alémanique, toutes les zones géographiques accusent des baisses de plus de 20%. La Suisse orientale fait moins pire que les autres, à -24%.

Selon Anna von Ow, la Suisse traverse une passage à vide qui, pour l'instant, est bien pire que les précédents, notamment la crise financière de 2008-2009, où l'impact était moins "soudain".

"La bonne nouvelle, c'est que la descente aux enfers s'est arrêtée. Depuis le brusque effondrement des trois premières semaines, le nombre d'offres d'emploi s'est stabilisé, à un niveau certes faible", relativise pour sa part Monica Dell'Anna. La Suisse s'en tirerait mieux en comparaison internationale.

L'Adecco Swiss Job Market Index est publié quatre fois par an et repose sur des décomptes trimestriels représentatifs des offres d'emploi dans la presse, des portails d'emploi en ligne et des sites Internet d'entreprises. (awp)






 
 

AGEFI



...