VanEck fait coter le premier ETF dédié aux jeux vidéos et à l'eSport

lundi, 04.11.2019

Les investisseurs suisses peuvent désormais placer leur argent dans le secteur de l’eSport et des jeux vidéo avec le lancement de VanEck, le premier ETF du genre.

MH

Martijn Rozemüller, chef Europe chez VanEck (droite), et Philipp Schlegel, directeur de VanEck Suisse.

VanEck, gestionnaire global d’actifs, disposant d’un portefeuille mondial de plus de 90 ETF, fait coter le tout premier ETF ayant pour thématique les jeux vidéo et l'eSport à SIX Swiss Exchange.

Le VanEck Vectors Video Gaming and eSports UCITS ETF (ESPO) offre aux investisseurs la possibilité de suivre la performance globale d’entreprises actives dans le domaine des jeux vidéo et de l’eSport. Il vise une réplication aussi précise que possible de l’évolution des cours et du rendement (avant frais et commissions) de l’indice MVIS Global Video Gaming and eSports Index.

Cet indice global reflète l’évolution de la branche des jeux vidéo et de l’eSport. Avec son concept « pure-play », l’indice sélectionne uniquement des entreprises réalisant plus de 50 % de leur chiffre d’affaires dans le domaine des jeux vidéo ou de l'eSport.

Un marché d’environ 150 milliards

Le marché des jeux vidéo et de l’eSport est en pleine évolution et devrait générer en 2019 un chiffre d’affaires de presque 150 milliards de dollars, en hausse de 10 % par rapport à 2018. La présence de joueurs professionnels hautement compétitifs donne un coup de fouet supplémentaire à la branche. Tandis que, par exemple, le NFL Superbowl a attiré quelques 106 millions de spectateurs américains en 2018, environ 100 millions de personnes de par le monde ont regardé la finale de la «League of Legends 2018 World Championships», une des compétitions d’eSport les plus populaires du moment.

Cette année, on estime à plus de 450 millions le nombre de personnes à travers le monde qui suivront les meilleurs joueurs dans des événements et compétitions en direct, par le biais de services de streaming. L'eSport croit à une vitesse annuelle de 40 % depuis 2015 et profite d’un public jeune et aisé. En Suisse, les entreprises découvrent peu à peu l’eSport. Entre autres, les clubs de football de Bâle, Saint-Gall, Lucerne, Servette, Sion et Lausanne ont aujourd’hui des eSportifs sous contrat.

Les partenariats, l’appartenance à une ligue, le sponsoring, le franchising et d’autres activités marketing représentent aujourd’hui un énorme potentiel pour les entreprises actives dans le domaine des jeux vidéo et de l‘eSport, mais également pour les années à venir. 






 
 

AGEFI




...