Les infrastructures cotées: la classe d’actifs indispensable

mercredi, 03.04.2019

Les infrastructures jouent un rôle central pour l’économie mondiale. Pourtant, les investissements y sont insuffisants.

Alex Araujo*

Dans les pays développés, les dépenses consacrées à l’entretien et au développement des infrastructures sont bien en-deçà des besoins réels. Nombre de ces actifs sont aujourd’hui dans un état proche du délabrement. C’est aux États-Unis que le déficit est le plus marqué: les dépenses publiques consacrées aux infrastructures en pourcentage du PIB ont atteint leur plus bas niveau en 70 ans. Les pressions subies par les finances publiques couplées à l’expertise limitée du service public, poussent le secteur privé à jouer un rôle clé dans la remise à niveau et la modernisation de ces infrastructures.

De leur côté, les pays émergents représentent à eux seuls près des deux tiers de la demande – dont un tiers pour la Chine – du fait de l’urbanisation fulgurante et de la croissance des populations. Depuis la Chine ou l’Inde jusqu’à l’Amérique latine, en passant par l’Afrique, la construction des infrastructures nécessaires à l’amélioration des niveaux de vie et à la croissance économique continue de battre son plein.

Toutefois, dans un monde où le populisme progresse, les infrastructures deviennent un enjeu de plus en plus politique. Les déclarations faites par les hommes politiques, notamment dans le cadre du projet «One belt, one road» en Chine et du programme d’infrastructures de Donald Trump, font qu’il devient difficile pour les investisseurs d’identifier les véritables opportunités.

Bénéficiaires de tendances structurelles

Les infrastructures bénéficient de tendances structurelles qui ont une influence profonde sur les conditions de vie dans le monde entier. Que ce soit les énergies renouvelables, les transports du futur, l’urbanisation, la connectivité universelle, la gestion des déchets et de l’eau et les changements sociaux et démographiques, ces tendances structurelles présentent non seulement des opportunités de croissance à long terme, mais ont aussi la capacité de survivre aux cycles électoraux et aux promesses des hommes politiques. 

Le déploiement des réseaux 5G, la fibre à très haut débit, les infrastructures à hydrogène et la lévitation magnétique ne sont plus des concepts. Chaque progrès technologique devra s’appuyer sur un réseau physique qui permettra aux entreprises et aux ménages d’accéder aux services essentiels de demain.

Nous concentrons notre attention sur les entreprises qui possèdent déjà des actifs physiques et des opportunités de croissance. Nous pensons que les actifs physiques constituent des barrières élevées à l’entrée et génèrent des flux de trésorerie stables et croissants à long terme. Ces entreprises sont les mieux placées pour générer une rentabilité financière des capitaux investis grâce à leurs actifs existants, ainsi qu’aux opportunités futures.

Pour tirer pleinement profit de la classe d’actifs, nous sommes convaincus que les investisseurs doivent élargir leurs horizons au-delà des infrastructures économiques traditionnelles, telles que les services aux collectivités, les pipelines énergétiques et les transports. Les infrastructures sociales, dont les établissements de santé et scolaires, présentent des caractéristiques défensives similaires, mais avec des actifs qui offrent des avantages en matière de diversification. Les infrastructures évolutives, liées à l’adaptation numérique, offrent des opportunités de croissance sans égal grâce aux réseaux de communication et transactionnels, ainsi qu’aux entreprises fonctionnant sur le système de redevances. 

Cette approche novatrice et diversifiée à l’égard des infrastructures offre une combinaison favorable de caractéristiques défensives et de croissance à long terme qui fournit des avantages de diversification pour un portefeuille plus large. La classe d’actifs a l’avantage de générer un rendement supérieur à celui des actions internationales avec une moindre volatilité, participant ainsi à la protection du capital en cas de baisse des marchés. Notre stratégie vise à aller encore plus loin et à exploiter la hausse des marchés en mettant l’accent sur la croissance.

Prendre en compte les critères ESG

L’évaluation des problématiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) dans le cadre du processus d’investissement est centrale. Leur prise en compte nous aide à nous assurer que les actifs dans lesquels nous investissons sont durables et, par conséquent, commercialement viables sur le long terme. 

Dans le cas contraire, les entreprises ne pourraient générer des flux de trésorerie durables et croissants qui, en fin de compte, alimenteront les dividendes croissants que nous recherchons. C’est pourquoi nous appliquons des limites strictes aux centrales à charbon et nucléaires, et notre approche est orientée vers les considérations ESG spécifiques à la classe d’actifs.

*Fund Manager of M&G (Lux) Global Listed Infrastructure Fund






 
 

AGEFI



...