La morning note de Mirabaud Securities

mardi, 11.10.2016

Les indices américains ont fini en hausse hier soir dans le sillage de la poursuite de la progression du prix du baril de pétrole suite à des déclarations « rassurantes » du président russe Vladimir Poutine. La chronique de John Plassard.

Dans le sillage du prix du baril, les valeurs pétrolières ont grimpé, à l'image d'Exxon Mobil (+2%) et de Chevron (+1,67%).

La tendance a aussi été alimentée par la progression du titre Apple (au plus haut de l’année) suite à l'annonce par Samsung Electronics de la suspension de la production de ses smartphones Galaxy Note 7. Le groupe sud-coréen a pris cette décision à la suite d'informations stipulant que des modèles de remplacement du téléphone prenaient également feu.

Le S&P500 n’a cependant pas réussi durant toute la séance de passer au-dessus de sa moyenne mobile des 50 jours.

Le dollar a poursuivi sa hausse sans pour autant impacter le prix des matières premières.
Sans aucune statistique économique pour cause de Colombus Day, les volumes ont été anémiques (le marché obligataire était d’ailleurs fermé).

Démarrage de la saison des résultats

On se demande souvent ce qui pourrait redonner un peu de volume aux marchés et apporter de la « substance » à la progression des indices. Les résultats des entreprises américaines pour le 3ème trimestre pourraient être une des réponses.

Le coup d'envoi de la saison des trimestriels aux Etats-Unis va donc commencer ce soir avec Alcoa. Il convient donc d’analyser ce que le consensus attend.

D'après le consensus élaboré par FactSet, les résultats des entreprises qui composent l'indice S&P 500 auraient baissé de 2,1% en moyenne au troisième trimestre.
 
Si cette prévision s'avère exacte, les bénéfices des entreprises américaines accuseront une baisse pour le sixième trimestre d'affilée, une première depuis que FactSet a commencé à compiler ces données en 2008.

Des onze secteurs d'activité représentés au sein du S&P500, c'est celui de l'énergie qui devrait avoir enregistré la plus forte chute de ses bénéfices de juillet à septembre : selon le consensus FactSet, les groupes pétroliers devraient publier en moyenne un plongeon de 67% de leurs résultats, au titre du troisième trimestre.

Plus largement, exception faite des technologies de l'information qui devraient afficher une augmentation moyenne de 1,7% de leurs résultats, tous les secteurs ont vu leurs prévisions de bénéfices pour le troisième trimestre révisées à la baisse par les analystes.

Les bénéfices des sociétés américaines devraient avoir diminué de 2,1% au troisième trimestre après des chutes respectives de 7% et de 2 ,7% au premier puis au deuxième trimestre.

Conséquence, la valorisation des entreprises américaines, mesurée par le PER pour les douze prochains mois s'élève actuellement à 16,6, d'après FactSet. Ce niveau est supérieur à la moyenne sur cinq ans (14,8) et à celle sur dix ans (14,3).

D'après FactSet, le retour tant attendu de la croissance des bénéfices de « Corporate America » devrait se concrétiser au quatrième trimestre 2016, les analystes tablant en moyenne sur une progression de 5,6%.

Ceci limiterait le repli des résultats des entreprises américaines à 0,2% sur l'ensemble de l'exercice 2016, avant un rebond estimé à 13% pour 2017.

Signalons finalement que le modèle de prédiction de Goldman Sachs anticipe un mauvais 3ème trimestre pour les entreprises américaines en termes de surprises.

Le prix du baril de pétrole s’envole

Ça y’est, cette fois c’est fait : Le prix du baril de pétrole est remonté à ses plus hauts niveaux de l’année et à des sommets d’il y a 1 an (tout juste avant sa descente aux enfers ou le prix du baril avait flirté avec les 20 dollars le baril.

La raison du jour, après « l’accord d’Alger » est à mettre sur le compte de déclarations du président russe Vladimir Poutine concernant le fait que la Russie s'associera à l'accord que doivent formaliser les membres de Opep.

La tendance pourrait encore être soutenue par la tenue demain de consultations à Istanbul entre Opep et pays hors-Opep.

Cependant, ce dont on parle très peu, c’est l’impact réel qu’a eu la baisse du prix du baril de pétrole durant cette dernière année et notamment sur les budgets pays producteurs plus habitués à dépenser à tout va qu’à surveiller de près leurs budgets.

Dernier exemple en date, l'Arabie saoudite va entamer aujourd’hui des discussions avec des investisseurs potentiels dans le but de lancer un premier emprunt sur le marché international. L'émission pourrait atteindre 15 milliards de dollars et permettre au pays de régler ses problèmes financiers nés de la chute de ses revenus pétroliers….

Pour mémoire, les réserves saoudiennes sont passées de 732 milliards de dollars en 2014 à 562 milliards de dollars en août 2016. Premier exportateur mondial de pétrole, l'Arabie saoudite projette un déficit budgétaire de 87 milliards de dollars cette année et s'efforce de diversifier son économie.

Les prix du fret

Nous revenons vous parler des prix du fret maritime. Si nous avons évité de le faire c’est parce que les prix étaient faussés par la faillite du premier armateur sud-coréen et le septième mondial pour le transport de conteneurs, Hanjin Shipping.

Les prix avaient alors gonflé artificiellement suite à la crainte de voir plus de 80 navires rester en rade.

Le Baltic Dry Index (minerais, charbon, métaux, céréales, etc.) a fini vendredi à 921 points contre 875 points une semaine auparavant. Le Baltic Capesize Index 2014 (BCI 2014) quant à lui (catégorie de navires "Capesize") a terminé la semaine à 2.245 points contre 2.008 points une semaine auparavant. Ces hausses sont d’autant plus étranges que cette semaine a été marquée par des fêtes chinoises.

Au niveau des baisses, le Baltic Panamax Index (céréales) a terminé en baisse vendredi à 717 points, contre 726 points une semaine auparavant.

Concernant les produits énergétiques, après six semaines consécutives de baisse, le Baltic Clean Tanker Index (essence, gaz liquéfié, fioul de chauffage, etc.), a terminé à 354 points vendredi, contre 352 points sept jours auparavant. Notons que l’indice a atteint dans la semaine les 346 points, proche de son plus bas historique de 345 points, atteint il y a sept ans et demi.

Finalement, l'indice Baltic Dirty Tanker Index (BDTI), moyenne des taux pratiqués sur dix-sept routes de transport de pétrole brut et de fioul lourd, s'est stabilisé, finissant vendredi à 621 points contre 625 points la semaine précédente.

Nouveau retard pour la Grèce

Si les ministres des Finances de la zone euro ont émis une appréciation positive au sujet du dernier train de mesures adopté par la Grèce, ils n'ont accepté de lui verser qu'une partie des 2,8 milliards d'euros de la nouvelle tranche d'aide prévue, soit 1.1 milliards d’euros. Le paiement du solde a été repoussé à la fin du mois.

Le conseil d'administration du MES (Mécanisme européen de stabilité) semble trainer les pieds pour le solde des 1.7 milliards d’euros supplémentaires.

Au-delà du versement de cette somme (la dernière prévue dans le cadre du premier examen des réformes entreprises par Athènes) le respect des 15 actions préalables doit aussi permettre l'ouverture d'un nouveau chapitre du plan d'aide de 86 milliards d'euros conclu à l'été 2015.

Le lancement de cette nouvelle phase conditionne lui-même l'ouverture de discussions sur un éventuel allègement de la dette grecque (en principe en 2018).

Selon des sources européennes, l'Allemagne, insatisfaite des réformes présentées par la Grèce, s'est opposée au cours des discussions au versement des 1.1 milliards d’euro mais n'a pas été suivie.

Aujourd’hui

Aujourd’hui nous surveillerons avec attention aux Etats-Unis la publication de l’optimisme dans les petites entreprises et le démarrage de la saison des résultats d’entreprises avec Alcoa après la clôture américaine. En zone euro, c’est le ZEW allemand que nous observerons de près.

Les indices européens devraient ouvrir en légère hausse ce matin dans le sillage de la clôture américaine. C’est cependant le début de la publication des résultats des entreprises américaines pour le troisième trimètre 2016 qui devrait animer les débats et confirmer (ou non) le momentum positif que nous connaissons depuis quelques jours.

Signalons que le 10 ans américain remonte très fortement pour revenir sur ses niveaux de début juin 2016 et que la livre sterling atteint un nouveau plus bas de l’année face au dollar ce matin.

Tendance asiatique

Les indices asiatiques évoluent de manière positive dans l’attente de la publication du début des résultats des entreprises américaines. En termes de statistiques on a appris ce matin que l'excédent courant du Japon s'était élevé de 23% en août sur un an grâce à des comptes commerciaux dans le vert du fait d'un recul prononcé des importations. En détail, le solde des comptes courants s'est établi à 2.000,8 milliards de yens (17,4 milliards d'euros au cours actuel), contre 1.624,9 milliards un an plus tôt. Les échanges de marchandises ont dégagé un surplus de 243,2 milliards de yens, contre un déficit durant la même période de l'année précédente. Les exportations ont baissé de 9,6% à 5.301,9 milliards de yens, affectées par le regain du yen et une activité ralentie dans les pays émergents. Mais les importations ont dévissé davantage encore (-18,3% à 5.058,7 milliards), en raison, entre autres, d'une facture énergétique moins importante du fait de la baisse des cours du pétrole.

Actualité

Le deuxième débat présidentiel entre Hillary Clinton et Donald Trump (dont nous n’avons pas vu l’utilité d’en parler tellement le niveau fut bas) a été suivi dimanche soir par 59 millions d'Américains, soit un nombre très inférieur à celui, record, de 84 millions de téléspectateurs présents devant leur télévision lors du premier face à face le 26 septembre.

Un éventuel arrêt par la Banque centrale européenne (BCE) de son programme d'assouplissement quantitatif (QE) dépendrait largement des données économiques, a déclaré Ignazio Visco, membre du conseil des gouverneurs de l'institution de Francfort.
Vladimir Poutine se rendra à Berlin le 19 octobre pour des entretiens avec des dirigeants européens et ukrainiens pour discuter de la situation dans l'est de l'Ukraine, a indiqué un conseiller du Kremlin à la presse

La Grande-Bretagne pourrait perdre jusqu'à 66 milliards de livres par an en cas de "hard Brexit", qui limiterait son accès au marché unique de l'Union européenne, rapporte le journal The Times, citant des documents gouvernementaux.

Energie / Utilities    
►    La Turquie et la Russie ont signé un accord bilatéral pour la construction du gazoduc TurkStream. L'accord a été signé à Istanbul en présence de Vladimir Poutine et de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. Le projet prévoit la construction sous la mer Noire de deux tuyaux capables d'acheminer chacun 15,75 milliards de mètres cubes de gaz par an. Ce gazoduc géant doit transporter du gaz naturel russe vers le Sud-Est européen via la Turquie en contournant l'Ukraine.
►    BP a renoncé à son projet controversé de forer dans la Grande baie australienne, une victoire selon les défenseurs de l'environnement, six ans après la catastrophe écologique du Golfe du Mexique.

Prix du baril
Le prix du baril de pétrole est en baisse ce matin en Asie dans un mode de prise de bénéfice après avoir touché un plus haut de l’année hier.

Industrie / Minières / Automobile
►    Werner Baumann, le président du directoire de Bayer, a affirmé au Süddeutsche Zeitung que le projet d'acquisition de Monsanto ne visait pas à ouvrir la voie à l'implantation de semences génétiquement modifiées en Europe. Bayer s'efforce depuis l'annonce de son projet de répondre aux objections de certains consommateurs et dirigeants politiques européens.
►    Havas a annoncé l'acquisition de Target Media and Communications Group (Target MCG) au Royaume-Uni, qui englobe les agences Target Media, Target Live, Organic et Superhero et fera partie de la division Havas Media Group.
►    La recapitalisation d'Avtovaz, le constructeur des voitures russes Lada, a franchi une étape décisive. Les actionnaires du groupe, réunis en assemblée générale extraordinaire, devaient approuver le projet d'augmentation de capital à laquelle Renault va participer, renforçant son rôle de 1er actionnaire du constructeur russe.
►    Après obtention des autorisations gouvernementales, Thales vient de finaliser la cession de sa participation dans Hanwha Thales, la société commune que le groupe détenait avec Hanwha pour répondre aux besoins du marché de l'électronique de défense en Corée.  Dans les comptes de Thales, cette opération se traduit par une entrée de trésorerie nette d'impôt d'environ 200 millions d'euros, ainsi qu'une plus-value avant impôt d'environ 110 ME, enregistrée en 'résultat des cessions', sans impact sur l'Ebit et sur le résultat net ajusté.
►    Airbus a décidé de réduire la production de son superjumbo l'A 380, en raison du manque de commandes, annonce Le Figaro. La production de l'A 380 amorce dès cet automne une baisse de cadence, à un appareil par mois à partir de 2018 (seuil minimum pour conserver les compétences), contre 2,5 par mois aujourd'hui, en raison d'un trou d'air dans les commandes, indique le quotidien.

Financières
►    UBS lance, sous le nom "UBS SmartWealth" une gestion de fortune purement numérique en Grande-Bretagne. Celle-ci sera disponible dès novembre, sans conseiller humain. A partir d'un investissement de 15'000 GBP, les clients britanniques pourront avoir accès à ce nouveau service
►    L'Autorité monétaire de Singapour (MAS) retire sa licence bancaire à Falcon Private Bank pour graves manquements dans la lutte contre le blanchiment d'argent, aussi bien au niveau de la direction générale en Suisse qu'à celui de la gouvernance locale. La représentation singapourienne d'UBS hérite pour sa part de pénalités financières pour des lacunes de même nature, dans le cadre du scandale du fonds souveraine malaysien 1MBD, indique un communiqué du gendarme des marchés de Singapour.

Informations et Technologies
►    La bataille judiciaire épique qui oppose Apple et Samsung sur le design de l'iPhone change de dimension aujourd’hui, avec une audience au sommet devant la Cour suprême des Etats-Unis. Le premier volet de cette affaire concerne une pénalité controversée de 400 millions de dollars infligée au fabricant sud-coréen, reconnu coupable d'avoir partiellement copié l'iPhone.

Consommation
►    LVMH a vu sa croissance organique accélérer au troisième trimestre grâce à la reprise de sa division-phare, la Mode et la Maroquinerie, même si le marché français reste toujours affecté par les suites des attentats. Les ventes trimestrielles ont totalisé 9,138 milliards d'euros, en progression de 6,5% sur un an, soit une performance supérieure au consensus qui tablait sur 8,993 milliards. Le groupe affiche une croissance organique de 6%, retrouvant le niveau atteint pour l'ensemble de l'année 2015, et alors que le début de l'exercice avait connu un ralentissement avec 3% au premier trimestre et 4% au deuxième. "Le troisième trimestre marque une accélération par rapport aux tendances de début d'année. L'Asie, excluant le Japon, s'améliore sensiblement sur le trimestre. Le marché américain reste bien orienté tout comme l'Europe, à l'exception de la France, toujours affectée par une baisse du tourisme", relève dans un communiqué le groupe de Bernard Arnault. Sur neuf mois, les ventes totalisent 26,3 milliards d'euros, en progression de 4% sur un an, et de 5% en données organiques. C'est la division Mode et Maroquinerie, pilier du groupe, qui le tire vers le haut : elle affiche 5% de croissance organique sur le trimestre, après une stagnation au cours du premier semestre. Comme à son habitude, le géant du luxe ne donne pas d'objectifs chiffrés pour l'exercice, mais indique que, "dans un contexte géopolitique et monétaire incertain", il "poursuivra sa stratégie centrée sur l'innovation et une expansion géographique ciblée dans les marchés les plus porteurs".
►    Nestlé Skin Health, division dermatologique du groupe, engage au 1er novembre le président de Allergan International Paul Navarre au poste de directeur général (CEO). Le nouveau venu remplacera Humberto Antunes, qui a choisi de réorienter sa carrière professionnelle, indique un communiqué du groupe.

Pharmaceutique
►    Ipsen et son partenaire Exelixis annoncent la présentation de résultats positifs de l’étude de phase 2 CABOSUN comparant le cabozantinib au sunitinib chez des patients atteints de carcinome avancé du rein non précédemment traité lors du congrès 2016 de l’European Society for Medical Oncology (ESMO)
►    DMS (Diagnostic Medical Systems) a annoncé la signature d'un accord industriel avec Canon Europe, leader en imagerie, afin de permettre l'intégration du détecteur dynamique Canon CXDI-50RF au sein de ses solutions de radiologie, et notamment sur les tables de radiologie télécommandées Platinum et Optima.
►    St Jude Medical a annoncé l'agrément de la FDA et le lancement du nouveau fil-guide PressureWire X conçu pour optimiser les procédures d'ICP chez les patients aux anatomies complexes
►    Biomérieux a annoncé que sa filiale de biologie moléculaire BioFire Diagnostics avait reçu le feu vert de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour son Panel Respiratoire EZ FilmArray pour une utilisation par les professionnels de santé hors du laboratoire d'analyses
►    Roche a obtenu de l'Agence sanitaire américaine (FDA) un statut d'examen prioritaire pour une extension d'indication ophtalmologique de son médicament Lucentis (ranibizumab) en injection. La nouvelle demande d'indication concerne la néovascularisation de la choroïdose myopique (mCNV).

 

 


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...