La Bourse suisse solidement ancrée dans le vert

mercredi, 06.05.2020

Les incertitudes autour de la crise du coronavirus, les tensions sino-américaines glissent sur les investisseurs à la Bourse suisse comme l'eau sur les plumes d'un canard.

Dans le camp des poids lourds, Roche (+1,3%) Novartis et Nestlé (chacun +1,0%) faisaient un joli tir groupé, soutenant la remontée des indices.(Keystone)

La Bourse suisse restait solidement ancrée dans le vert mercredi après-midi. Le SMI avait tout de même brièvement fléchi après que les USA ont annoncé la destruction de 20,236 millions d'emplois privés en avril, selon l'enquête ADP.

A New York, les Futures sur les trois principaux indices pointaient aussi dans le vert.
Vers 14h40, le SMI gagnait 0,64% à 9573,20 points, le SLI 0,55% à 1392,49 points et le SPI 0,76% à 11'911,50 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 20 montaient et 10 reculaient.

Adecco et Alcon (chacun -1,5%) reculaient le plus nettement avec ABB (-1,2%).

Au lendemain des chiffres d'Adecco, trois analystes ont revu leur copie, deux relevant l'objectif de cours et un l'abaissant, avec des recommandations entre "hold" et "buy". Le groupe a par ailleurs désigné une nouvelle responsable pour la Suisse et l'Autriche et levé un emprunt de 225 millions à 0,875%, échéance 2025.

Les valeurs du luxe Richemont (-0,3%) et Swatch (-0,1%) cédaient aussi du terrain.
Sonova (13,0%) menait le bal des gagnants, devant Temenos (+2,7%) et AMS (+2,6%).
Julius Bär (+2,2%) tenait la médaille en chocolat.

Les deux autres bancaires Credit Suisse (-0,8%) et UBS (-0,3%) pointaient en revanche dans le rouge.

Dans le camp des poids lourds, Roche (+1,3%) Novartis et Nestlé (chacun +1,0%) faisaient un joli tir groupé, soutenant la remontée des indices.

Sur le marché élargi, Aryzta (+14,7%) progressait nettement après que le fonds d'investissement Veraison a franchi le cap des 3% de participation dans le boulanger industriel.

La Banque cantonale de Genève (+0,3%) a profité de son assemblée générale mardi pour assurer que son bénéfice net en 2020 ne sera "pas trop éloigné" de celui de 2019. Hochdorf (+0,3%) va liquider trois filiales, que le groupe lucernois tentait en vain de céder.

Côté perdants, La Banque profil de gestion (-14,9%), qui est restée dans le rouge au 1er trimestre, occupait la tête.

Landis+Gyr (-5,7%) a fait état d'un tassement moins marqué que prévu de la rentabilité sur l'exercice 2019/20.

Schmolz+Bickenbach (-1,4%) a sombré dans le rouge au 1er trimestre, attribuant la chute de la demande à la pandémie en cours.

Private Equity Holding (-0,8%) a accusé une chute d'un tiers de son bénéfice en 2019/20 et se
réserve la possibilité de réduire la rémunération de ses actionnaires.
Santhera (-0,5%) a conclu un accord de recherche dans le domaine des thérapies géniques avec l'université Rutgers.(awp)






 
 

AGEFI



...