Rachat de Toshiba Memory: Apple et Dell sur les rangs

dimanche, 17.09.2017

Les géants américains Apple et Dell, entre autres, font partie du consortium emmené par le fonds américain Bain Capital pour racheter au conglomérat japonais aux abois Toshiba sa filiale de puces-mémoires.

Toshiba hésite depuis des mois sur le choix du repreneur de Toshiba Memory. (Keystone)

Bain Capital a annoncé avoir engagé des discussions avec Toshiba depuis le début de cette année et proposé de racheter Toshiba Memory. La semaine dernière, Bain a révisé sa proposition et, en plus des membres originellement présents dans le consortium, ont pris place à bord une liste de partenaires stratégiques tels qu'Apple, Dell, Kingston et Seagate, qui vont apporter des fonds en signe de large support industriel à Toshiba.

Après maints revirements, Toshiba a annoncé la semaine passée sa préférence pour cette offre de Bain Capital, sans pour autant la détailler.

C'est la première fois qu'est officiellement confirmée la participation d'Apple à un des consortiums candidats, alors que le nom du mastodonte à la pomme a été aussi brandi par un autre candidat au rachat de Toshiba Memory, le taïwanais Hon Hai/Foxconn, celui qui assemble les iPhone et autres produits d'Apple.

Toshiba, en piètre situation financière, est acculé à se défaire de ses bijoux de famille.

Jusqu'à présent, il a pour partenaire dans les puces-mémoires l'américain Western Digital via sa filiale SanDisk.

Toshiba hésite depuis des mois sur le choix du repreneur de Toshiba Memory: il avait déjà choisi Bain Capital fin juin, puis avait changé d'avis pour rediscuter avec les autres, et est finalement revenu à Bain sur la base de la nouvelle proposition formulée par ce dernier.

Une lettre d'intention a été signée entre les deux parties, qui espèrent aboutir à un accord de vente de Toshiba Memory à Bain Capital d'ici à la fin du mois.

Cependant, Western Digital et SanDisk, qui a investi des sommes colossales dans les usines de mémoires exploitées en commun avec Toshiba au Japon, contestent la vente à un tiers, car le groupe ne veut pas se retrouver du jour au lendemain avec un partenaire jugé indésirable, en l'occurrence Bain Capital, aussi associé au fabricant de semi-conducteurs sud-coréen SK Hynix, ainsi qu'au fonds semi-public nippon de revitalisation des entreprises INCJ.

Western Digital est bien décidé à bloquer en justice la transaction, via un recours déposé devant la cour d'arbitrage de la chambre de commerce internationale.

La vente de Toshiba Memory est cruciale pour permettre à Toshiba d'assainir ses comptes, sans quoi son action, qui bénéficie d'une période de grâce jusqu'à fin mars 2018, sera automatiquement radiée de la Bourse de Tokyo après cette échéance. (awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...