La confiance est de retour dans l'économie fribourgeoise

mardi, 20.11.2018

Les entreprises fribourgeoises sont 57% à qualifier de "bonne à excellente" la marche actuelle des affaires, tandis que 36% la jugent satisfaisante, montre l'enquête conjoncturelle d'automne 2018 de la CCIF.

Pratiquement une entreprise sur deux (47%) indique qu'elle rencontre actuellement des difficultés à recruter du personnel.(pixabay)

Les entreprises fribourgeoises ont retrouvé l'optimisme. Elles sont 57% à qualifier de "bonne à excellente" la marche actuelle des affaires, tandis que 36% la jugent satisfaisante, montre l'enquête conjoncturelle d'automne 2018 de la CCIF. Seuls 7% des répondants décrivent la situation comme étant mauvaise.

A plus long terme, les perspectives demeurent également solides, avec 46% d'entreprises faisant part d'attentes "bonnes à excellentes", 45% s'attendant à une marche des affaires "satisfaisante" à cet horizon. La prudence gagne donc du terrain, mais de manière modérée.

Le canton de Fribourg a retrouvé une croissance soutenue au cours de l'année 2018, en particulier grâce à un retour en forme de l'industrie d'exportation, tirée par la reprise de l'économie européenne ainsi que la croissance soutenue aux Etats-Unis et en Asie.

Parmi les entreprises qui écoulent plus de 80% de leurs produits à l'étranger, 79% estiment la marche des affaires "bonne à excellente", selon l'enquête menée entre le 20 août et le 24 septembre 2018 et qui se base sur les réponses de 260 membres de la CCIF, représentant quelque 15'300 emplois dans le canton.

Créations d'emplois

Côté créations d'emplois, l'exercice en cours s'est révélé dynamique avec plus d'une société sur trois qui a accru ses effectifs. Près d'une entreprise sur deux affirme par ailleurs avoir des difficultés à recruter. Pour l'année prochaine, 22% annoncent vouloir créer des places de travail alors que 4% prévoient des coupes dans leur personnel. Le marché du travail restera donc bien orienté, mais marqué par un ralentissement de la croissance.

Difficultés à recruter

La situation va rester tendue en matière d'embauche. Pratiquement une entreprise sur deux (47%) indique qu'elle rencontre actuellement des difficultés à recruter du personnel.

Dans l'industrie, ce taux grimpe à 59% alors qu'il se situe à 69% dans les grandes entreprises (plus de 100 collaborateurs). La situation a par ailleurs clairement tendance à devenir plus compliquée puisque 31% des répondants estiment qu'il a été moins facile d'embaucher le personnel souhaité cette année qu'en 2017.

Fait à souligner: 36% des entreprises (41% dans l'industrie) affirment que leurs difficultés à recruter pourraient pénaliser leurs activités sur la période 2018-19.

Manque de cadres intermédiaires

Concrètement, 68% des sociétés qui peinent à recruter se plaignent d'un manque de main-d'oeuvre qualifiée. Ce taux grimpe à 73% dans l'industrie. Vient ensuite le manque de cadres intermédiaires, à 19%. La difficulté rencontrée à engager des employés non qualifiés s'inscrit à 7%, des cadres supérieurs à 6% et des apprentis à 1%.

Pour remédier à cette situation, les entreprises fribourgeoises estiment que les solutions passent d'abord par une amélioration de l'orientation professionnelle: 59% d'entre elles citent ce moyen d'action.

La formation continue arrive au deuxième rang, à 35%. Viennent ensuite, à 29% la mise en place de mesures visant à faciliter le travail des habitants établis dans la région (notamment la maind'œuvre féminine), puis à 27% la nécessité de revaloriser les salaires dans certaines activités.

Faciliter la venue de travailleurs en provenance de l'Union européenne (UE) pointe au cinquième rang (16%), à égalité avec des mesures devant améliorer l'environnement de travail ainsi qu'une automatisation de certaines activités.






 
 

AGEFI



...