Règles plus strictes pour la cotation directe à la Bourse suisse

mercredi, 08.01.2020

Les entreprises qui veulent figurer sur la cote doivent dorénavant effectuer leur demande par l'intermédiaire d'une banque ou d'un institut financier.

Jusqu'à présent, les sociétés désireuses d'entrer en Bourse pouvaient faire appel à un intermédiaire, essentiellement un avocat. (Keystone)

La Bourse suisse SIX a édicté des règles plus strictes en matière de cotation directe. Les entreprises souhaitant figurer sur la cote doivent dorénavant effectuer leur demande obligatoirement par l'intermédiaire d'une banque ou un institut financier régi par la loi sur les établissements financiers.

Ces nouvelles règles sont entrées en vigueur début janvier, a indiqué mercredi à AWP un porte-parole de SIX, confirmant des informations du journal Finanz und Wirtschaft. Elles ont été approuvées par l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) et le conseil de surveillance.

Jusqu'à présent, les sociétés désireuses d'entrer en Bourse pouvaient faire appel à un intermédiaire, essentiellement un avocat.

Ce tour de vis réglementaire doit permettre de renforcer le contrôle préalable des candidats à la cotation, selon le journal zurichois. Par le passé, des sociétés ont ainsi pu accéder à la Bourse suisse, avec des prix d'émission peu transparents. Leur performance avait du coup été fortement négative.

Parmi les entreprises ayant récemment profité d'un cotation directe figurent Achiko, Asmallworld, Blackstone Resources, Igea Pharma, Rapid Nutrition et Wisekey. (awp)






 
 

AGEFI




...