Des mesures pour réduire les obstacles à l'embauche des réfugiés

mardi, 18.09.2018

Les employeurs seraient disposés à engager des réfugiés, mais butent encore sur plusieurs obstacles. Fort de ce constat rendu public mardi dans un rapport, le délégué aux réfugiés et à l'économie, Eduard Gnesa recommande six mesures pour les éliminer.

Le niveau de qualification professionnelle des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire préoccupe les employeurs.(keystone)

Parmi les obstacles à l'embauche des réfugiés identifiés figurent notamment un manque d'informations sur les conditions d'engagement à proposer aux intéressés ou la crainte que cela entraîne des coûts administratifs élevés.

Le niveau de qualification professionnelle des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire préoccupe également les employeurs, indique mardi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) dans un communiqué.

Pour établir son rapport, M. Gnesa a mené 55 entretiens avec des employeurs, des partenaires sociaux, des associations sectorielles, des autorités étatiques et cantonales ainsi que des experts en intégration.

Dans son document, l'ancien ambassadeur extraordinaire chargé de la collaboration internationale en matière de migrations ne s'est pas contenté d'identifier les obstacles à l'embauche de réfugiés; il a également formulé six recommandations pour les éliminer. Le délégué préconise notamment la mise en place d'une plate-forme d'informations, le suivi des réfugiés et des personnes admises provisoirement par des coaches en emploi ou l'examen de mécanismes d'incitation financière.(awp)






 
 

AGEFI



...