Les élections au Venezuela font grimper le prix du pétrole

lundi, 31.07.2017

Les tensions qui touchent tout le pays ont et la diminution des réserves ont légèrement fait monter le prix du pétrole.

En période électorale, le président vénézuélien Nicolas Maduro doit affronter une crise politique majeure.

Les prix du pétrole montaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, soutenus par les tensions politiques au Venezuela dans un marché toujours focalisé sur le recul des réserves mondiales de brut.

Vers 10H00 (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 52,61 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de neuf cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance prenait quatre cents à 49,75 dollars.

Les cours ont atteint leur plus haut niveau depuis un peu plus de deux mois, à 50,06 dollars pour le WTI vers 22H00  dimanche en cours d'échanges asiatiques, et à 52,92 dollars pour le Brent vers 07H00.

"La hausse des prix du brut s'est poursuivie, car les marchés prévoient que les Etats-Unis pourraient sanctionner un membre de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), le Venezuela, alors que les tensions politiques ont provoqué la mort de plusieurs manifestants", a expliqué Henry Croft, analyste chez Accendo Markets.

Une situation politique tendue et une baisse des réserves

Le scrutin de l'Assemblée constituante qui s'est tenu dimanche, boycotté par l'opposition pour laquelle il ne vise qu'à prolonger le pouvoir du président Nicolas Maduro dont le mandat s'achève en 2019, a été marqué par des violences qui ont fait dix morts, portant à plus de 120 le nombre total de personnes tuées en quatre mois de manifestations anti-gouvernementales.

"La principale raison du rebond des prix sur les dernières semaines est la baisse des réserves", ont cependant estimé les analystes de Société Générale.

"En juin, nous estimons que les réserves des membres de l'OCDE ont reculé de 500.000 barils par jour. Plus récemment, la baisse plus visible (car le gouvernement des Etats-Unis publie des données officielles toutes les semaines, ndlr) des stocks américains a été de 1,3 million de barils par jour sur les quatre dernières semaines pour le brut et les produits transformés", ont-ils détaillé.

"Cette baisse provient d'une demande saisonnière très forte, mais aussi d'un rééquilibrage du marché. Les baisses de production au Moyen-Orient attire le pétrole du bassin Atlantique vers l'Asie", ont-ils estimé.


 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...