Bourses: la plateforme Shenzhen-Hong Kong lancée le 5 décembre

vendredi, 25.11.2016

Les échanges sur la plateforme de connexion boursière entre la place de Shenzhen, la deuxième de Chine continentale, et celle de Hong Kong, débuteront le 5 décembre.

Les transactions transfrontalières via le "Hong Kong-Shenzhen Connect" seront autorisées dans la limite d'un quota quotidien total de 23,5 milliards de yuans (3,2 milliards d'euros).

Les échanges sur la plateforme de connexion boursière entre la place de Shenzhen, la deuxième de Chine continentale, et celle de Hong Kong, débuteront le 5 décembre, ont annoncé vendredi les autorités de régulation de ces deux marchés.

Vanté par Pékin comme une étape cruciale dans l'ouverture des marchés financiers chinois, le "Hong Kong-Shenzhen Connect" permettra aux investisseurs de chacune des deux Bourses d'acheter des actions cotées sur l'autre marché.

Il offrira aux investisseurs étrangers un accès inédit aux pépites technologiques chinoises cotées à Shenzhen, dont des fleurons de l'industrie électronique comme le fabricant de smartphones ZTE, de l'internet, de l'immobilier (Vanke) ou encore de l'assurance (Ping An).

Le mécanisme, dont la mise en place avait été retardée après l'effondrement spectaculaire mi-2015 des Bourses chinoises, copie le fonctionnement de la plateforme d'échanges existant déjà depuis deux ans entre Shanghai et Hong Kong.

Le lancement a été dévoilé simultanément par la commission des opérations de Bourse de Hong Kong (SFC) et son homologue, le régulateur chinois des marchés financiers (CSRC).

"Cette connexion étendue va renforcer encore davantage l'accès réciproque entre les Bourses de Hong Kong et de Chine continentale", s'est félicité le président de la SFC, Carlson Tong, tout en insistant sur des "mécanismes" censés "préserver l'intégrité des deux marchés" et toute déstabilisation.

Lancé en 2014, le "Shanghai-Hong Kong Connext" se voulait une étape majeure dans l'ouverture progressive des marchés chinois: les Bourses de Shanghai et de Shenzhen, du fait de sévères restrictions maintenues par Pékin sur les mouvements de capitaux, demeurent largement isolées du reste du monde.

Le "Connect" permettait donc, pour la première fois, à des investisseurs étrangers d'acheter, en passant par l'ex-colonie britannique, des actions de sociétés cotées en Chine continentale.

Hong Kong est un territoire chinois disposant d'une large autonomie dont la place financière est très étroitement connectée aux marchés internationaux.

Cette seconde plateforme permettra aux courtiers étrangers d'échanger les titres de 863 sociétés cotées à Shenzhen. Dans l'autre sens, elle élargit à 101 petites entreprises les titres hongkongais que peuvent acquérir des résidents de Chine populaire.

Mais la nécessité d'avoir un capital d'au moins 500.000 yuans dans son portefeuille d'actions devrait, en pratique, continuer d'exclure la grande majorité des boursicoteurs chinois.

Les transactions transfrontalières via le "Hong Kong-Shenzhen Connect" seront autorisées dans la limite d'un quota quotidien total de 23,5 milliards de yuans (3,2 milliards d'euros).

Un niveau très supérieur à l'appétit escompté des investisseurs des deux bords, de l'avis des experts, dont certains estiment que ce mécanisme "symbolique" n'aura que peu d'impact sur les échanges, faute d'une ouverture plus large et plus complète des marchés de capitaux chinois. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...