Les peurs se dissipent sur les marchés financiers

dimanche, 11.11.2018

Les discussions sino-américaine sur les relations commerciales seront surveillées de près.

Daniel Varela*

La santé du marché de l’emploi américain demeure éclatante. Tous les mois et sans interruption, l’économie américaine parvient à créer des emplois depuis plus de huit ans. Au mois d’octobre, cette tendance s’est maintenue avec une augmentation de près de 250.000 postes, un chiffre au-delà des attentes des économistes. En raison d’un accroissement de la population en âge de travailler, le taux de chômage reste néanmoins stable à 3,7%. Pour rappel, il s’agit là du niveau le plus bas depuis la fin des années soixante. Ceci maintient la pression sur la Réserve fédérale. Car en période de plein emploi, on observe généralement une tendance haussière sur les salaires qui peut potentiellement se transformer en un dérapage de l’inflation. 

Les rémunérations sur la pente ascendante

Les prix en fin de chaîne restent pour l’instant sous contrôle et proches de l’objectif de 2% d’inflation annuelle que s’est fixé la banque centrale. Mais l’évolution des rémunérations est surveillée. Elles sont sur une pente ascendante qui, si elle n’a rien d’inquiétant à ce stade, (les salaires horaires progressent de 3,1% sur un an), devrait néanmoins inciter la Réserve fédérale à poursuivre ses hausses de taux. La prochaine interviendra en décembre et le nombre de tours de vis supplémentaires en 2019 dépendra beaucoup de l’évolution des rémunérations durant les prochains mois. 

La semaine dernière, les taux à 10 ans américains ont progressé pour atteindre le niveau de 3,2%. Nous pensons que ce rebond tient moins aux développements sur l’inflation qu’au retour de la confiance sur les marchés boursiers qui renouent avec une dynamique positive après quelques semaines éprouvantes. Car le rebond des bourses que nous attendions semble avoir débuté. Il se produit depuis des niveaux survendus et dans un contexte de profond pessimisme auprès d’une majorité d’investisseurs. Les résultats publiés par les entreprises américaines étaient scrutés durant la semaine. 

La croissance des bénéfices va faiblir en 2019

Si les chiffres annoncés pour le troisième trimestre sont souvent de très bonne facture avec une croissance moyenne sur un an qui pourrait dépasser 25%, les investisseurs et les analystes continuent néanmoins d’analyser les perspectives pour l’avenir. Il est indéniable que la croissance des bénéfices va faiblir en 2019. Une majorité d’entreprises ayant publié ses résultats pour le troisième trimestre, les regards se sont ensuite tournés en direction des élections de mi-mandat américaines la semaine dernière et vers les discussions entre les présidents chinois et américain en fin de mois sur le thème des relations commerciales. L’espoir d’un rebond durable des bourses passe naturellement par leur aptitude à franchir ces nouveaux obstacles sans dommages. Il en va aussi du début de rattrapage observé sur les bourses européennes ainsi qu’émergentes, qui surperforment les actions américaines dernièrement.

*Chief Investment Officer, Banque Piguet Galland






 
 

AGEFI



...